Accueil
Présentation Avent Noël Ordinaire Carême Pâques Sanctoral Divers        


Accueil >> Avent >> Semaine 1 >>   Où est-il ton Dieu ?

TOP 5 :

textes  les plus lus :
 
par fr. HF Rovarino o.p.
La Mère de Dieu a quelque chose à nous dire
8447 visites

par fr. R Bergeret o.p.
Au désert, je parlerai à ton cœur
7552 visites

par fr. R Bergeret o.p.
Dieu nous fait le cadeau de sa présence
7444 visites

par fr. ST Bonino o.p.
Notre attente : la vie éternelle
6737 visites

par fr. BM Simon o.p.
Le jeune homme riche
6348 visites

Où est-il ton Dieu ?

28 NOVEMBRE 1999

 

En ligne depuis le dimanche 13 novembre 2005.
 
 

Dieu est pour nous « comme un homme parti en voyage ». Nous le savons, les évangiles sont riches d’images diverses et variées quand il s’agit d’exprimer Dieu. Mais l’image de ce matin est pour le moins...surprenante. Il est « comme un homme parti en voyage ».

A un moment de notre vie, nous avons appris à faire sa connaissance. Il s’est offert à nous et nous l’avons contemplé. Nous avons mis nos pas, tant bien que mal, derrière les siens, ou du moins nous essayons, et nous sommes là ce matin. Et voilà qu’à peine l’avions-nous découvert, car ces moments sont toujours trop courts, il nous a caché son visage en nous laissant dans la nuit, dans le désert. Oh bien sûr, nous avons vécu avec Lui des moments forts (rencontres, retraite, gestes posés ou reçus), nous avons entendu des paroles décisives qui nous avaient été adressées personnellement mais notre mémoire s’est estompée. Et notre expérience la plus certaine aujourd’hui, la plus lancinante est certainement celle que nous faisons de l’absence de Dieu. Cruelle déception qui a engendré parfois la révolte, le doute ou le désarroi : Et combien de fois avec Isaïe n’avons nous pas crié « Reviens Seigneur, pour l’amour de tes serviteurs ». Et c’est là que, petit à petit, nous sommes amenés à redécouvrir que cette absence est une grâce : elle renouvelle en nous la foi, la confiance, la fidélité, l’espérance. Elle suscite une dynamique qui nous met en route vers la rencontre : l’absence, le manque, la vide nous met au cœur une soif, un désir insatiable. Nous en faisons l’expérience chaque jour.

Ce désir est comme la confirmation qu’une rencontre nous a déjà marqués. Rappelons-nous : Dieu lui insuffla dans les narines une haleine de vie et l’homme devint un être vivant » (Gn 2, 7b) nous dit la Genèse. Lui qui, par son souffle, fut à l’origine de notre vie, nous fait ressentir sur cette terre combien nous sommes de Lui. Le Seigneur nous a saisis un jour dans notre faiblesse, dans notre péché et il a suscité en nous un appel définitif. Nous ne pouvons plus remettre en cause cet élan dont la marque nous colle à la peau. C’est pourquoi nous veillons dans l’attente de l’aurore, c’est pourquoi nous ne cédons pas à cet endormissement qui nous guette, à cette indifférence, à cette lassitude spirituelle qui envahit notre monde. L’épreuve de l’absence purifie notre foi et fait de nous des hommes et des femmes vigilants, clairvoyants. Comme la vigie sur le bateau dans la nuit, notre cœur devient plus attentif à l’essentiel, aux signes du Royaume, aux lumières qui pointent à l’horizon.

Aujourd’hui nous devons être attentif à la Lumière. Il vient celui qui est la lumière et nous sommes appelés à la vigilance. Une vigilance qui n’est pas seulement une attention et une promptitude, un « qui-vive » mais un appel à réaliser notre vocation et à laisser s’exprimer pleinement le don que nous avons reçu comme « enfants de lumière ». Notre veille n’est pas d’abord une attente mais surtout une préparation active à la rencontre. Cela n’ira pas sans lutte car le vieil homme est encore solide mais l’homme nouveau a pour lui des armes redoutables : La Foi, l’Amour, l’Espérance, la Vérité, la Justice, capables de soulever des montagnes. Attendre le maître de la maison ce n’est pas se désintéresser de ce qui nous entoure mais bien au contraire faire apparaître le Royaume là où mystérieusement il est déjà présent.

C’est à chaque instant de notre vie que nous devons nous préparer à la rencontre. Il n’y a plus de temps à perdre. Chassons le sommeil et l’engourdissement de la nuit pour que le maître nous trouve vigilants à son retour.




3803 affichages
 

 Où est-il ton Dieu ?



Untitled Document