Accueil
Présentation Avent Noël Ordinaire Carême Pâques Sanctoral Divers        


Accueil >> Divers >> Trinité >>   Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit

TOP 5 :

textes  les plus lus :
 
par fr. HF Rovarino o.p.
La Mère de Dieu a quelque chose à nous dire
8196 visites

par fr. R Bergeret o.p.
Au désert, je parlerai à ton cœur
7369 visites

par fr. R Bergeret o.p.
Dieu nous fait le cadeau de sa présence
7272 visites

par fr. ST Bonino o.p.
Notre attente : la vie éternelle
6565 visites

par fr. BM Simon o.p.
Le jeune homme riche
6176 visites

Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit

18 JUIN 2000

 

En ligne depuis le samedi 19 novembre 2005.
 
 

Un seul Dieu, en nous, au-dessus de nous, dont la présence s’est révélée dans l’Histoire des Alliances avec l’humanité...

Un seul Dieu, principe et fin de toutes réalités révélé dans la Tri-Unité des Personnes que nous appelons : le Père, le Fils et le Saint-Esprit...

Telle est l’affirmation centrale de notre confession chrétienne : Unité-Trinité... L’unicité divine est au delà du nombre matériel Un qui sert à calculer. Le nombre symbolisé par la Tri-unité n’est pas une quantité comme nous l’entendons habituellement, il exprime l’ordre ineffable au sein de la Divinité Unique, infiniment au-dessus de nos conceptions humaines...

Mais l’affirmation de la Sainte-Trinité ne serait-elle pas une jonglerie de logique paradoxale, une sorte de rébus imaginé par des intelligences abstraites, loin de la vie et de l’expérience des hommes ? Le terme forgé au deuxième siècle : Trinitas (Tri-unitas) n’est-il pas étranger au vocabulaire et à la pensée du Nouveau Testament ? Bref, ne serions nous pas confrontés à l’imaginaire théologique inventeur de tous les mythes ayant trait aux « arrières-mondes » ?

Certes, le « mot », l’expérience de pensée ayant pour tâche de répondre à la question « Qui est Dieu ? » n’apparaissent pas dans la révélation du Sinaï ou du Golgotha ; la révélation chrétienne en ses origines ne se manifeste pas ainsi dans sa symbolique et dans l’histoire. Son expérience part des Alliances, de l’espérance messianique, de la théologie du dessein de salut et de l’attente de l ’Esprit Saint. Ce qui est au principe est cette affirmation : « Nul n’a jamais vu Dieu, mais le Fils Unique qui est dans le sein du Père, lui, nous l’a fait connaître ». Telle est la lumière dans laquelle nous contemplons, nous pensons et agissons : « Mon Père et moi, nous sommes Un ». L’homme est invité à communier avec cette Unité du Père, la Source et du Fils, le Christ, grâce au don de l’Esprit. La Trinité se révèle dans la vie et l’ histoire des hommes et cette vie, celle de chacun de nous est tout entière façonnée, éclairée par cette habitation trinitaire au plus intime de nous-même. La lumière de l’Esprit nous est donnée et c’est dans sa lumière que nous voyons et allons vers la « Lumière de Lumière ». A peine ai-je médité l’Unité transcendante, c’est la Trinité que je reconnais et adore. A peine ai-je médité la Trinité des personnes que l’Unité me ressaisit...

L’humanité de l’homme est embrasée dans cette flamme éternelle de l’Esprit que les latins reconnaissent comme le don mutuel des personnes divines. Nous sommes réengendrés dans cette flamme, tout notre être participe à ce dynamisme de divinisation qui nous guide dans l’Esprit, par le Fils, vers la source du Père. Mais quelle est la voie, le porche d’entrée de cette histoire ? Un enfant à qui l’on demandait quelle est l’affirmation centrale de la foi répondit en faisant le signe de la croix « au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit » Amen ! Est-ce tout ? a-t-on demandé. Oui, c’est tout, répondit-il. En effet, tout se donne, tout se dit, dans cette relation de la croix de Jésus et le rayonnement d’amour de la Trinité. C’est bien dans la plongée baptismale que l’ être nouveau en nous se manifeste. Or, le baptême du Christ, celui qui s’est accompli dans le don de son Esprit fut celui de sa passion, de sa mort et de sa résurrection. La croix est le témoin de l’amour éternel, de la glorification et de notre rédemption. C’est en cet instant que la révélation de l’amour mutuel des personnes divines s’est révélé en plénitude dans l’anéantissement de la figure du fils. Nous donnant son Esprit, Il s’anéantit pour nous communiquer le secret de l’amour éternel. Ainsi se dévoile le mystérieux Amen du Père « C’est Ainsi », « Il est en vérité » qui révèle l’amour. La vie divine s’ouvre en nous dans l’Esprit que le Père accorde par le Fils. C’est l’Esprit qui se substitue pour ainsi dire à nous même pour susciter en nous l’élan filial : « Abba... Père ! » Ainsi s’efface-t-il lui-même pour révéler en nous notre vrai visage, l’ illuminer de l’intérieur en vue de l’accueil de la lumière éternelle, Amen !




4472 affichages
 

 Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit



Untitled Document