Accueil
Présentation Avent Noël Ordinaire Carême Pâques Sanctoral Divers        


Accueil >> Avent >> Semaine 3 >>   Saint Jean, Jésus et Toi : du Témoin au « Christophore »

TOP 5 :

textes  les plus lus :
 
par fr. HF Rovarino o.p.
La Mère de Dieu a quelque chose à nous dire
8447 visites

par fr. R Bergeret o.p.
Au désert, je parlerai à ton cœur
7552 visites

par fr. R Bergeret o.p.
Dieu nous fait le cadeau de sa présence
7444 visites

par fr. ST Bonino o.p.
Notre attente : la vie éternelle
6737 visites

par fr. BM Simon o.p.
Le jeune homme riche
6348 visites

Saint Jean, Jésus et Toi : du Témoin au « Christophore »

12 XII 1999

 

En ligne depuis le samedi 26 novembre 2005.
 
 

« Qui es-tu ? » Cette question, cette seule question pourrait résumer ce que tous viennent aujourd’hui demander : question intéressée de la foule ; question inspirée pour Jean ; question essentielle qui nous interroge.

1. « Qui es-tu ? », question intéressée de la foule intriguée. C’est d’ailleurs moins une question qu’une exclamation. Depuis si longtemps que les prophètes s’étaient tus, le Seigneur s’en était à nouveau choisi un. Mais qu’allait-il faire ? Il répond comme un témoin ! Pour qui évoque la figure de Jean, ce parent de Jésus peut tout d’abord sembler être une réponse. C’est l’ultime réponse de Dieu aux soupirs des hommes. « Je suis la voix qui crie dans le désert : Aplanissez le chemin du Seigneur ». Jean est un prophète, violent dans sa parole, abrupt dans ses appels, austère dans sa nourriture et pauvre dans son vêtement. Volontiers nous le supposons brûlé par le soleil, envahi par la clameur du Seigneur. Issu du désert qui l’a raviné, il est connu par l’eau dont il lave les pénitents. Issu de la solitude, il est désormais lié à une foule immense, avide de conversion : disciples, saducéens et prêtres qui l’interrogent, pharisiens, foule venue de toute la Judée et du pays autour du Jourdain, ou encore soldats romains ; car Jean le Prophète est connu : il baptise. Désert, eau, solitude, foule, synthèse de tout ce que rassemblent ces mots, il est la réponse qui prépare les moments de la manifestation du Sauveur, l’épiphanie de Dieu, l’Unique en trois personnes. Il rappelle Moïse, le Prophète, la Loi et son auteur ; Elie, le prophète, la voix et la vigueur. II rappelle Isaïe, le Prophète, le choix par le Seigneur. Exigence, vêtement, allure, vigueur, tonalité... Et en même temps, il accomplit un rite nouveau, marquant la conversion radicale au Seigneur ; un repentir de cœur qui intéresse ; une ablution donnée, reçue une seule fois pour le Royaume.

2. A priori figure de baptiseur, ce prophète se dresse comme un témoin. Témoin, plutôt que baptiste. « Qui es-tu ? » : question inspirée qui résonne à ses oreilles et parle à son propre coeur. Jean ne cessera d’y répondre. En y répondant, il témoignera ! Mieux il répondra, mieux il témoignera ! De sa conception à sa passion, il sera le témoin exemplaire, le martyre. A un témoin, ne demande-t-on pas, pourtant : « Qui est-il, celui dont tu témoignes ? » Mais, questionné sur lui-même, Jean proclame un inconnu : « Je ne suis pas... » ! De qui est-il témoin ? De celui qu’il ne sait pas reconnaître ? « Et moi, je ne le connaissais pas ; mais c’est pour qu’il fût manifesté à Israël que je suis venu baptisant dans l’eau. » Plus tard, de sa prison de martyre, il enverra interroger Jésus, son parent : « Es-tu celui qui doit venir, ou devons-nous en attendre un autre ? » Plus que baptiste, il reste pourtant témoin de celui qu’il désigne ! Au nom du Seigneur, comme prophète ! Et celui qu’il désigne, « l’Elu de Dieu », lui adressera une réponse attestée par la réalisation des prophéties d’Isaïe. Jean est d’une part le témoin du Sauveur, et d’autre part le témoin des hommes capables de Dieu ! Entre eux, résonne l’appel abrupt à la conversion ! Dans le régime divin, l’identité comme le témoignage ne sont pas seulement une question de loi, mais de prophétie. Et leur révélation n’est jamais une notion extérieure de plus à enregistrer dans la connaissance humaine, mais un appel qui saisit toute la personne !

3. « Qui es-tu ? » question essentielle qui nous interroge lorsqu’elle s’adresse à Jean le témoin. Elle vient et revient, question fondamentale - comme l’Esprit de Dieu qui planait sur les eaux au commencement du monde. Elle ne se creuse pas comme une angoisse. Mais elle éclaire le témoin, et en fait un Christophore, un « Porte-Christ ». « Qui es-tu ? », toi qui connaît Jésus-Christ. Nous ne savons plus si la question interroge saint Jean ou chacun de nous. Elle s’adresse à tous ! Elle nous atteint. Elle attestera notre connaissance du Sauveur. Car il y a au moins 4 personnes marquantes en ce temps d’Avent : Isaïe, Marie qui enfantera notre Sauveur, Jean le Témoin et... soi-même ! Alors maintenant, la question se développe : « Que dis-tu de toi-même ? » Aujourd’hui, ton cœur, votre cœur, choisit-il le Sauveur. Témoignerez-vous pour celui qui vient à vous, comme il est déjà venu ! Les jours qui s’annoncent, ces jours que vous verrez, quand la Porte Sainte s’ouvrira dans la ferveur de Noël, annoncent-ils pour votre foi une année de bienfaits ? Bref, passerez-vous par cette Porte qu’est le Christ pour quitter le témoin et devenir par la grâce un Porte-Christ ? Pour passer de l’un à l’autre grâce à la foi ? Chrétien, qui es-tu ? Ta Foi est-elle ton trésor et ta joie ?




2909 affichages
 

 Saint Jean, Jésus et Toi : du Témoin au « Christophore »



Untitled Document