Accueil
Présentation Avent Noël Ordinaire Carême Pâques Sanctoral Divers        


Accueil >> Noël >> Sainte famille >>   Une sainte famille

TOP 5 :

textes  les plus lus :
 
par fr. HF Rovarino o.p.
La Mère de Dieu a quelque chose à nous dire
8447 visites

par fr. R Bergeret o.p.
Au désert, je parlerai à ton cœur
7552 visites

par fr. R Bergeret o.p.
Dieu nous fait le cadeau de sa présence
7444 visites

par fr. ST Bonino o.p.
Notre attente : la vie éternelle
6737 visites

par fr. BM Simon o.p.
Le jeune homme riche
6348 visites

Une sainte famille

En ligne depuis le jeudi 8 décembre 2005.
 
 

« Ses parents se rendaient chaque année à Jérusalem pour la fête de la Pâque. Lorsqu’il eut douze ans, ils y montèrent selon la coutume pour la fête » une sainte famille, la Sainte Famille : un père, une mère, un enfant un père : « un homme du nom de Joseph de la maison de David » (Lc 1, 27) de lui : pas un mot, quelques gestes à peine ; un bloc de silence et d’obéissance.

« Joseph aussi monta de Galilée, de la ville de Nazareth, en Judée à la ville de David qui s’appelle Bethléem car il était de la maison et de la lignée de David, avec Marie sa fiancée... » (Lc 2, 4)

un père qui donne un nom, qui enracine dans un lignage, qui transmet la mémoire d’un peuple un père qui donne un métier, qui enracine dans un village, qui transmet le savoir du quotidien au point que les gens de Nazareth ne sauront jamais que dire : « N’est-il pas le fils de Joseph, celui-là ? » (Lc 4, 32)

et lorsque furent accomplis les jours pour leur purification, selon la loi de Moïse, ils l’emmenèrent à Jérusalem pour le présenter au Seigneur, selon qu’il est écrit dans la Loi du Seigneur : Tout fils premier-né sera consacré... » (Lc 2, 22-23)

un père qui enracine dans la loi du Seigneur, qui enseigne et transmet rites et commandements de la loi de Moïse un père qui ouvre à une paternité plus haute que la sienne : « Quand vous priez, dites : Père » (Lc 11, 2) un père qui sait sa paternité accomplie le jour où son fils se sait et se vit Fils de Dieu « Ne saviez-vous pas qu’il faut que je sois dans la maison de Mon Père ? »

« A sa vue, ils furent saisis d’émotion et sa mère lui dit : Enfant, pourquoi nous as-tu fait cela ? Vois Ton père et moi qui te cherchons tout angoissés ! »

une sainte famille, la Sainte Famille : un père, une mère, un enfant une mère : « et le nom de la Vierge était Marie » (Lc 1, 27) d’elle : quelques mots, une écoute surtout, un tressaillement d’accueil et de résonance une mère qui sait le secret de l’origine, gardienne des paroles de l’Ange

« l’Esprit-Saint viendra sur toi et la puissance du Très-Haut te couvrira de son ombre, c’est pourquoi l’être saint qui naîtra de toi sera appelé Fils de Dieu » (Lc 1, 35)

une mère qui sait le secret de l’identité, gardienne des paroles des bergers

« Aujourd’hui vous est né un sauveur qui est le Christ Seigneur de la cité de David » (Lc 2, 11)

une mère qui sait le secret de la mission, gardienne des paroles de Syméon

« Vois ! cet enfant amènera la chute et le relèvement d’un grand nombre en Israël. Il sera un signe en but à la contradiction » (Lc 2, 34) « Quant à Marie, elle conservait avec soin toutes ces choses, les méditant dans son cœur » (Lc 2, 19)

une mère qui sait l’origine et qui pourtant ne peut maîtriser le destin de l’enfant :

à sa question angoissée : « Enfant pourquoi nous as-tu fait cela ? » ni excuse ni explication mais renvoi aux paroles reçues : « Ne saviez-vous pas » une père qui sait l’identité et qui doit se mettre à l’écoute de celui qu’elle a enfanté : « Heureux le ventre qui t’a porté et les seins que tu as tétés » Heureux plutôt ceux qui entendent la Parole de Dieu et qui la gardent » (Lc 11, 27-28)

une mère qui sait la mission et dont la maternité ne s’accomplira que le jour où elle s’y unira, traversant avec lui les trois jours de la Pâque :

« et toi-même une épée te transpercera l’âme » (Lc 2, 35).

« Une fois les jours écoulés, alors qu’ils retournaient chez eux, l’enfant Jésus resta à Jérusalem à l’insu de ses parents » une sainte famille, la Sainte Famille : un père, une mère, un enfant un enfant : « tu l’appelleras du nom de Jésus » (Lc 1, 31) de lui : ses premières paroles, son premier geste

depuis 12 ans « il grandissait et se fortifiait » (Lc 2, 40) dans l’amour de son père et de sa mère aujourd’hui « il peut monter à Jérusalem pour la fête selon la coutume » et décider d’y rester depuis 12 ans « il se remplissait de sagesse, la grâce de Dieu étant sur lui » (Lc 2, 40) par l’amour de son père et de sa mère aujourd’hui il est au « bar-mitzva » un fils de commandement qui peut accomplir sa vocation

« dans le Temple, assis au milieu de docteurs, les écoutant et les interrogeant »

aujourd’hui la paternité de Joseph est accomplie : son fils n’est plus un enfant - incapable de parler - mais un homme qui peut dire qui il est : le Fils de Dieu

« ne saviez-vous pas qu’il faut que je sois dans la maison de Mon Père » aujourd’hui la maternité de Marie s’accomplit : son fils n’est plus un enfant ignorant mais un homme qui connaît sa mission : le Sauveur Christ Seigneur

« Telles sont les paroles que je vous ai dites quand j’étais encore avec vous : il faut que s’accomplisse tout ce qui est écrit de moi dans la Loi de Moïse, les Prophètes et les Psaumes » (Lc 24, 64)

« il redescendit alors avec eux et revint à Nazareth et il leur était soumis » une sainte famille, la Sainte Famille : un père, une mère, un enfant mais pourquoi sainte ?

sainte parce que cet homme a eu assez d’amour pour reconnaître et contempler le mystère de Dieu en cette femme, et se mettre à son service avec tendresse et fidélité tous les jours de sa vie ; sainte parce que cette femme a eu assez d’amour, appuyée sur la tendresse de son époux, pour ne pas enfermer l’enfant dans ce qu’elle croyait savoir de lui, mais le laisser grandir et s’accomplir sainte parce que cet enfant enraciné dans l’amour de cet homme et de cette femme, a su découvrir et réaliser cette identité et cette vocation que Dieu a déposées en lui ;

oui c’est cela une sainte famille, un lieu où chacun peut découvrir et réaliser son identité et sa vocation la plus profonde : être enfant de Dieu.




3597 affichages
 

 Une sainte famille



Untitled Document