Accueil
Présentation Avent Noël Ordinaire Carême Pâques Sanctoral Divers        


Accueil >> Noël >> Sainte famille >>   Famille, croie en ce que tu es

TOP 5 :

textes  les plus lus :
 
par fr. HF Rovarino o.p.
La Mère de Dieu a quelque chose à nous dire
8301 visites

par fr. R Bergeret o.p.
Au désert, je parlerai à ton cœur
7455 visites

par fr. R Bergeret o.p.
Dieu nous fait le cadeau de sa présence
7358 visites

par fr. ST Bonino o.p.
Notre attente : la vie éternelle
6646 visites

par fr. BM Simon o.p.
Le jeune homme riche
6254 visites

Famille, croie en ce que tu es

30 décembre 2001

 

En ligne depuis le vendredi 16 décembre 2005.
 
 

La Sainte Famille, la famille humaine du Verbe fait chair ; famille sainte à cause de l’éminente dignité de ses membres, famille sainte pour être le modèle de toutes les familles. Oui la famille est appelée à réaliser une forme originale de sainteté et nous trouvons dans la Sainte Famille un motif et une raison de le croire, un exemple et une grâce pour la vivre.

L’Église contemple dans la Sainte Famille le premier exemple de l’amour donné, reçu et partagé dans le sanctuaire familial où tout commence. Vous le savez, l’Église a fait de la famille une priorité pastorale, l’objet fondamental de sa catéchèse et de son évangélisation. « La famille donne vie à la société » disait le Saint Père en 1980 car « sa tâche la plus profonde est de garder l’homme ». En effet la façon dont la vie se perpétue et se transmet engage les structures fondamentales de notre civilisation, voire de toute civilisation. Or la famille est la première communauté humaine à travers laquelle le Fils unique du Père est entré dans notre histoire. Elle est un bien naturel de la plus haute importance pour chaque nation, pour l’humanité entière, une institution naturelle et sociale antérieure à toute autre institution, supérieure à l’État qui doit la protéger et la promouvoir.

Nous vérifions combien, dans la Sainte Famille, le destin de l’homme dépend de la famille. L’union intime et stable des époux dans la mariage, l’union de tous les membres dans cette société singulière et dans cette communion est le signe efficace de l’amour entre le Christ et l’Église. Il est tout à fait révélateur que Dieu ait placé la famille comme fondement de la coexistence humaine et comme paradigme de la vie ecclésiale. Elle est donc inassimilable à toute autre forme d’association ou de regroupement affectif. L’avenir des sociétés humaines se joue dans une large mesure à sa capacité d’investir dans la famille, en garantissant au niveau législatif, social et culturel, la réalisation effective de ses tâches et de ses fonctions.

Dans l’humble famille de Nazareth, nous contemplons le dessein de Dieu de constituer une communauté humaine tissée par l’amour de ses membres, selon les responsabilités et les devoirs de chacun, un lieu de solidarité authentique et de transmission des valeurs humaines les plus fondamentales et les plus hautes. Les parents sont les premiers garants, les premiers éducateurs et les premiers responsables du bien de la famille. Les enfants en sont les premiers bénéficiaires, les sujets qui ont aussi à leur rang des droits et des devoirs. Nous le savons d’expérience, combien de choses se jouent pour chacun d’entre nous et parfois définitivement dans les années où la famille se constitue et se prolonge ensuite dans notre histoire personnelle.

Fonder une famille n’est ni une petite affaire ni un long fleuve tranquille, elle a ses exigences, ses risques et ses joies, joies profondes vers lesquelles on revient toujours jusque dans le grand âge. Ces joies furent celles de Jésus, de Marie et de Joseph et de toute leur parenté. L’amour divin était la source féconde, le fondement surnaturel et la fin de leur cœur ensemble. C’est de cet amour là dont nous avons besoin pour être des familles chrétiennes, pour surmonter les blessures inévitables entre nous, parents et enfants, les échecs possibles, parfois les ressentiments et les reproches qui empoisonnent trop de familles. Le plus souvent, il est vrai, celles-ci n’ont pas ou plus les appuis institutionnels nécessaires et suffisants pour accomplir normalement ou plus facilement leurs tâches, mais nous avons la puissance de la grâce du Christ né dans une famille humaine. La puissance rédemptrice du Christ a aussi sauvé la famille de tous ses éventuels naufrages. Alors ne craignons pas, le Saint Père nous disait il y a vingt ans : « Famille deviens ce que tu es », aujourd’hui, il nous dit « Famille croie en ce que tu es ». Que la Sainte Famille nous vienne en aide, Amen !




3523 affichages
 

 Famille, croie en ce que tu es



Untitled Document