Accueil
Présentation Avent Noël Ordinaire Carême Pâques Sanctoral Divers        


Accueil >> Noël >> Epiphanie >>   Hérode et les Mages

TOP 5 :

textes  les plus lus :
 
par fr. HF Rovarino o.p.
La Mère de Dieu a quelque chose à nous dire
8237 visites

par fr. R Bergeret o.p.
Au désert, je parlerai à ton cœur
7404 visites

par fr. R Bergeret o.p.
Dieu nous fait le cadeau de sa présence
7299 visites

par fr. ST Bonino o.p.
Notre attente : la vie éternelle
6592 visites

par fr. BM Simon o.p.
Le jeune homme riche
6203 visites

Hérode et les Mages

6 janvier 2002

 

En ligne depuis le vendredi 16 décembre 2005.
 
 

Voici que des Mages venus d’Orient arrivèrent à Jérusalem en disant : Où est le Roi des Juifs qui vient de naître ? Nous avons vu son Étoile à l’Orient et nous sommes venus lui rendre hommage

et les voici devant Hérode l’Édomite, trois mystérieux voyageurs tenant par la main une Étoile : dans sa longue robe couleur du temps, voici Melbior, fils de Madaï, fils de Japbet, fils de Noé un vieux mage chargé d’années, habile à lire le ciel et interpréter les songes enveloppé d’un manteau couleur de lune, voici Balthazar, fils de Saba, fils de Sem, fils de Noé un roi noble et valeureux, habile à assurer la sécurité et la prospérité à ses sujets drapé d’un vêtement couleur de soleil, voici Gaspard, fils de Kush, fils de Cham, fils de Noé un prince jeune et généreux, habile à chasser le lion et chanter sur la harpe et les yeux remplis d’une Étoile, ils demandent : Où est le Roi des Juifs qui vient de naître ? à Hérode l’Édomite que le Sénat de Rome a fait « roi de Judée » ?

et le roi Hérode s’émut et tout Jérusalem avec lui

on ne peut régner si on n’est pas un professionnel de l’émotion, un spécialiste de la larme en public

si j’avais eu la télévision, songe Hérode, j’aurais battu les records de popularité.

Alors Hérode manda secrètement les Mages et se fit préciser par eux le temps de l’apparition de l’Étoile

Depuis la mort de ma noble épouse, mon cœur n’était pas en paix, gémit le vieux mage à la chevelure de neige

Pourquoi être devenus une seule chair dans la joie et l’amour si la mort doit nous arracher l’un à l’autre ? l’Étoile s’est allumée à l’Orient dans mon deuil : elle connaît le secret de l’amour et de la mort

et le roi Hérode s’émut

Vieux fou, pourquoi parler d’amour ? moi dans la rage de ma passion j’ai tué celle que je désirais le plus au monde, la belle Mariamme, j’ai cru mourir de désespoir, et pour guérir, j’ai fait comme Salomon dans sa gloire : j’ai multiplié épouses et concubines de toutes origines.

Parlons plaisir : je te présenterai quelques jeunes beautés du harem et tu repartiras les sens apaisés sans affoler mes sujets avec des rêves d’amour !

Sous le poids du gouvernement, mon esprit n’était pas en paix, gronde Balthazar, le roi à la barbe bouclée Pourquoi porter couronne et commander aux hommes si c’est sans cesse pour punir injustices et violences ? l’Étoile s’est allumée à l’Orient dans mon souci : elle connaît le secret de la royauté et de la fraternité et le roi Hérode s’émut Cher collègue, pourquoi parler fraternité ? Moi, je règne ici depuis trente ans parce que j’ai toujours su me vendre au plus puissant. Pompée, puis César, puis Cassius, puis Antoine, puis Auguste, mâtant toutes révoltes, et seul depuis Salomon dans sa gloire, j’ai régné sur toute la terre d’Israël

parlons pétro-dollars, concluons de juteux accords commerciaux qui endormiront ton souci sans affoler mes sujets avec des rêves de fraternité !

Dans l’émoi de l’adolescence, mon âme n’était pas en paix, soupire Gaspard le prince à la natte de lapis-lazuli Pourquoi être né comblé de dons puisque je ne suis maître de rien, ni d’être roi puisque fils cadet, ni de choisir mon épouse puisque fils de roi ? l’Étoile s’est allumée à l’Orient dans mon languir : elle connaît le secret de la vie et de la liberté et le roi Hérode s’émut Mon jeune ami, pourquoi parler liberté ? Le pouvoir exige qu’on lui sacrifie tout, je viens d’ailleurs de faire exécuter deux de mes fils à peine plus âgés que toi, et cela même un Salomon dans sa gloire ne l’a pas compris : il vaut mieux un mercenaire étranger qui vous mange dans la main que des fils trop entreprenants et populaires propose-moi tes services, ta fortune est faite, tu pourras assouvir tous tes désirs sans affoler mes sujets avec des rêves de liberté !

Allez vous renseigner exactement sur l’Enfant et quand vous l’aurez trouvé, avisez-moi ce fils de l’Étoile vous fait faire des rêves bien trop dangereux pour la sécurité de mon trône et je risquerai trop auprès de l’Empereur Auguste à porter la main sur vous, chefs d’états étrangers Avisez-moi, que j’aille moi aussi lui rendre hommage

oui, juste une petite opération « Sécurité absolue », action circonscrite : le canton de Bethléem ; cible précise : les enfants de moins de deux ans ; aucune infrastructure économique détruite : juste une Étoile...

et le roi Hérode s’émut si j’avais eu la télévision, j’aurais battu les recors de popularité !

Entrant dans le logis, ils virent l’Enfant avec sa mère, et se prosternant, ils lui rendirent hommage Pourquoi être devenus une seule chair dans la joie et l’amour si la mort doit nous arracher l’un à l’autre ? pleurait le cœur de Melkior le mage aux yeux de pluie Il est entré dans le logis : il a vu la tendresse de l’homme debout derrière la jeune femme, puis il a contemplé l’Enfant étroitement enveloppé de langes, couché sur les genoux de sa mère. L’Étoile venait de lui révéler le secret de l’amour plus fort que la mort. Ouvrant son coffre, il a déposé devant l’Enfant : la myrrhe et l’aloès avec lesquels Joseph et Nicodème oindront son corps au soir de sa mort le linceul de mousseline et les bandelettes de lin que Pierre et Jean contempleront vides au matin de Pâques.

Pourquoi porter couronne et commander aux hommes si c’est sans cesse pour punir violences et injustices ? se troublait l’esprit de Balthazar, le roi aux yeux de bronze. Il est entré dans le logis : il a vu l’Ange qui n’a pas voulu remonter au ciel et le berger oublié ; l’âne et le bœuf, l’homme et la femme, tous unis dans la paix. Puis il a contemplé l’Enfant couronné d’une Étoile, trônant sur les genoux de sa mère. L’Étoile venait de lui révéler le secret de la fraternité. Ouvrant ses cassettes, il a déposé devant l’Enfant : Trente pièces d’or pour racheter le roi de l’Univers vendu au prix de l’esclave trente pièces d’argent

les pierres précieuses et les perles fines emportées par Adam au jour de la chute pour bâtir la Jérusalem Nouvelle.

Pourquoi être né comblé de dons puisque je ne suis maître de rien, ni d’être roi, ni de choisir mon épouse ? soupirait l’âme de Gaspard, le prince aux yeux de nuit. Il est entré dans le logis : il a vu le jeune homme servant la jeune femme, et la jeune femme servant l’Enfant-..... il a contemplé l’Enfant abandonné contre le sein de sa mère. L’Étoile venait de lui révéler le secret de la liberté. Ouvrant sa besace, il a déposé l’Enfant l’encens dont la fumée dans la main de l’Ange monte devant lui qui est Dieu avec la prière des saints

la livre de nard pur et son flacon d’albâtre dont Marie, sœur de Lazare oindra ses pieds en signe de son offrande

alors le Vieillard, l’Homme et l’Adolescent se sont pris par la main le fils de Japhet, le fils de Sem et le fils de Cham mêlant leurs langues se sont mis à chanter

le Mage, le Roi et le Prince, enfants autour de l’Enfant, se sont mis à danser une ronde aux reflets du temps, de lune et de soleil

Après quoi, avertis en songe de ne point retourner chez Hérode, ils prirent un autre chemin pour rentrer dans leur pays un fait - mais ne le dite jamais à Hérode, il en crèverait de rage et de peur, ils ne sont pas rentrés chez eux aux dernières nouvelles, on les a croisés courant le monde qui sur sa jument blanche, qui sur son vaillant dromadaire, qui sur son éléphante royale, pour allumer une Étoile à l’Orient de tous les cœurs blessés, de tous les esprits troublés, de toutes les âmes accablées. Frères et sœurs, les auriez-vous croisés ce matin ?




3203 affichages
 

 Hérode et les Mages



Untitled Document