Accueil
Présentation Avent Noël Ordinaire Carême Pâques Sanctoral Divers        


Accueil >> Noël >> Noël >>   Un enfant nous est né

TOP 5 :

textes  les plus lus :
 
par fr. HF Rovarino o.p.
La Mère de Dieu a quelque chose à nous dire
8236 visites

par fr. R Bergeret o.p.
Au désert, je parlerai à ton cœur
7402 visites

par fr. R Bergeret o.p.
Dieu nous fait le cadeau de sa présence
7296 visites

par fr. ST Bonino o.p.
Notre attente : la vie éternelle
6590 visites

par fr. BM Simon o.p.
Le jeune homme riche
6202 visites

Un enfant nous est né

25 décembre 2003

 

En ligne depuis le mercredi 8 mars 2006.
 
 

Un enfant nous est né, un fils nous a été donné. Cet enfant, ce fils, nommé Jésus, est de Dieu. Aux jours de son baptême et de sa transfiguration, la voix du Père attestera qu’il est celui dont un psaume déclare : Tu es mon fils, aujourd’hui je t’ai engendré. Depuis de nombreux siècles, ainsi que nous le ferons tout à l’heure, les chrétiens le confessent comme Dieu, né de Dieu, lumière, né de la lumière, vrai Dieu, né du vrai Dieu.

Un enfant nous est né, un fils nous a été donné. Ne nous laissons pas abuser par l’article indéfini. Il n’est pas un quelconque parmi d’autres. Il n’est pas noyé dans la masse. Il est le Fils unique de Dieu, né du Père avant tous les siècles. Qui le voit, voit le Père, répond Jésus à l’apôtre Philippe qui lui demande de lui montrer le Père. Car Dieu, personne ne l’a jamais vu ; le Fils unique, qui est tourné vers le sein du Père, c’est lui qui l’a fait connaître.

Un enfant nous est né, un fils nous a été donné. Cet enfant, ce fils nommé Jésus, est de Dieu, mais il est non moins nôtre. Il nous est né. Il nous est donné. Il est né d’une femme, la Bienheureuse Marie toujours vierge ; il est fils de David, fils d’Adam, Fils de l’homme. Il n’est pas l’apparence humaine d’un Dieu qui viendrait se déguiser en nourrisson. Né du Père avant tous les siècles, il naît d’une femme dans le temps. Le Verbe s’est fait chair, et il a habité parmi nous. Ce petit enfant dans la crèche, qui vient de naître, est ce Verbe dont il est écrit : En lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes... Le Verbe était la vraie lumière, qui éclaire tout homme en venant dans le monde. Qui éclaire tout homme ! Les bergers et les mages. Ceux d’alors, ceux d’aujourd’hui, ceux de demain. Ceux dont les ténèbres ont déjà été illuminées et ceux qui gisent encore dans l’ombre de la mort. Ceux qui connaissent ou connaîtront le seul Nom par lequel ils sont sauvés et ceux qui, le découvrant sur l’autre rive, le reconnaîtront comme cette boussole intérieure qui aura conduit leurs pas au chemin de la paix.

Un enfant nous est né, un fils nous a été donné. Né d’une femme, né d’une vierge, qui n’a point connu d’homme, car rien n’est impossible à Dieu. Conçu du Saint-Esprit, plein de grâce et de vérité, il naît de Marie, bénie entre toutes les femmes, pleine de grâce, préservée de toute souillure du péché. Il nous est né, il nous est donné par celle qu’il nous donnera pour Mère au jour de sa mort. Si Dieu a tant aimé le monde qu’il nous a donné son Fils, ce Jésus saura bien qu’il est donné, livré, en se donnant, en se livrant lui-même, jusqu’au don de sa vie dans le geste suprême de l’amour.

Un enfant nous est né, un fils nous a été donné. Il nous fait participer à sa divinité, ce Fils qui a voulu prendre notre humanité. C’est la troisième naissance du Verbe ; il est né du Père avant tous les siècles ; il est né d’une femme à la plénitude du temps ; à tout instant du jour, il naît encore en nous. Une mystique formule cette prière : Ô Feu consumant, Esprit d’amour, "survenez en moi", afin qu’il se fasse en mon âme comme une incarnation du Verbe : que je lui sois une humanité de surcroît en laquelle il renouvelle tout son Mystère. La même Bienheureuse Elisabeth de la Trinité écrit ailleurs : Oh, livre-toi sans cesse à son amour immense, C’est le Feu consumant qui divinise tout. Au centre de ton âme, en un profond silence, sous l’action du Saint recueille-toi souvent ; Alors tu parviendras à cette ressemblance, Tu ne seras plus toi, mais le Christ seulement. Si, comme dit l’Apôtre aux Galates, ce n’est plus moi qui vis, c’est le Christ qui vit en moi, alors je deviens réellement par grâce ce qu’il est par nature : le Fils de Dieu.

Un enfant nous est né, un fils nous a été donné. Noël fête la naissance divine, l’irruption, dans le silence de la nuit, de la lumière du salut et de la paix, grâce à la tendresse, à l’amour de notre Dieu, quand nous visite l’astre d’en haut. Comme il est beau de voir courir sur les montagnes le messager qui annonce la paix, le messager de la bonne nouvelle. Qu’il coure sur la montagne de Sion, pour annoncer la paix aux peuples d’Israël et de Palestine. Paix à l’Irak ensanglanté par les violences quotidiennes. Paix à l’Afrique ravagée par les conflits ethniques et par les génocides. Paix au Soudan et aux chrétiens qui y souffrent. Paix à tous les peuples, à tous les continents. Paix à Haïti et à Madagascar. Paix à nos proches, parfois si loin. Puisse Noël 2003 disposer chacun de nos contemporains à s’ouvrir au don si précieux de la paix. Non celle des puissants, achetée au prix des pluies de bombes, non celle des impuissants arrivés toujours trop tard pour filmer les charniers que leurs silences ont permis, non pas la paix des traités et des laborieuses résolutions comminatoires, où les splendides indignations vertueuses camouflent mal de sordides intérêts économiques, la paix des consensus et des compromis, des ingérents-humanitaires et des respectueux-de-souveraineté, la paix des trocs et des trucs. Ce dont notre monde manque et que Noël entend lui donner : c’est la paix humble et pauvre, la paix en grâce et en vérité, la paix profonde et silencieuse, la paix de l’enfant de Bethléem qui vagit dans la crèche, la paix du Crucifié qui remet son esprit entre les mains du Père, la paix du Ressuscité qui envoie son Esprit et qui donne la paix, qui donne sa paix, et l’immense force de la douceur, celle des artisans de paix qui seront appelés fils de Dieu, celle du Fils de Dieu, le Prince de la Paix. Si nous ne redevenons pas comme ce petit enfant, nous n’entrerons pas dans le Royaume des Cieux. Laissons-le venir à nous, humble et doux, mendiant de notre pauvre amour mais juge à venir de nos infidélités.

Un enfant nous est né, un fils nous a été donné. Venons, adorons, aimons et rendons-grâce dans notre crèche intérieure, unis à l’émerveillement de la sainte Mère de Dieu, en qui le Verbe s’est fait chair pour demeurer parmi nous. Joyeux Noël 2003. Que la Paix du Seigneur soit avec nous. Paix et Joie. De Dieu, en Dieu, pour Dieu.




3385 affichages
 

 Un enfant nous est né



Untitled Document