Accueil
Présentation Avent Noël Ordinaire Carême Pâques Sanctoral Divers        


Accueil >> Carême >> Jeudi saint >>   Jeudi-Saint, 12 avril 2001

TOP 5 :

textes  les plus lus :
 
par fr. HF Rovarino o.p.
La Mère de Dieu a quelque chose à nous dire
8521 visites

par fr. R Bergeret o.p.
Au désert, je parlerai à ton cœur
7591 visites

par fr. R Bergeret o.p.
Dieu nous fait le cadeau de sa présence
7487 visites

par fr. ST Bonino o.p.
Notre attente : la vie éternelle
6788 visites

par fr. BM Simon o.p.
Le jeune homme riche
6428 visites

Jeudi-Saint, 12 avril 2001

Jeudi-Saint, 12 avril 2001

 

En ligne depuis le mercredi 26 juillet 2006.
 
 

" Sachant que l’heure était venue pour lui de passer de ce monde à son Père, Jésus, ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, les aima jusqu’au bout ". Jusqu’au bout. Jusqu’à l’extrême de l’amour, qui donne sa vie pour ceux qui l’aiment. Jusqu’au bout. Jusqu’à la fin de sa vie terrestre, qui se termine par le passage du ravin de la mort. Jusqu’au bout. Jusqu’à son dernier souffle, qui scelle l’accomplissement de sa mission. Jusqu’au bout. Jusqu’à cette Pâque de la Passion et de la Croix et de la Vie éternelle.

" Je ne suis pas venu abolir la Loi, mais l’accomplir. " C’est pourquoi alors il célèbre la Pâque juive, le sacrifice de l’agneau immolé et avec ses disciples il en mange la chair dans le repas pascal de l’alliance ancienne, comme le mémorial et le sacrement de la libération de l’Exode. Mais à ce qui n’était que figure et signe, il donne une dimension nouvelle et éternelle : le sacrifice de sa propre vie, de son corps livré pour nous et de son sang versé pour nous et pour la multitude ! Prenez et mangez ! Prenez et buvez ! Faites ceci en mémoire de moi. Celui qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle et je le ressusciterai au dernier jour ! Il demeure en moi et moi en lui.

Au cours de ce dernier repas, avant que ne vienne l’Heure où tout sera accompli, il donne ainsi le sens du mystère pascal qu’il va vivre pour que s’accomplisse en Lui et par Lui le salut du monde, et qui transcende le temps et l’espace. Il se révèle comme l’Agneau pascal véritable qui s’offre lui-même et donne sa vie pour Dieu et pour nous, acte suprême d’amour où le Fils de Dieu qui s’est fait Fils de l’homme fait se rejoindre pour une réconciliation éternelle l’amour de Dieu pour l’homme et l’amour de l’homme pour Dieu. Alors qu’il allait passer de ce monde à son Père, il institue ce sacrement du repas de communion et de noces comme le mémorial perpétuel de la Passion, qui scelle cette alliance du Fils de Dieu avec l’humanité entière : il a épousé notre destin jusqu’à la mort humaine pour nous faire épouser le sien jusqu’à la vie divine.

Mystère de chacun de nos repas eucharistiques qui nous donnent d’entrer en communion avec Lui dans cet acte d’amour sauveur, et annoncent les épousailles éternelles du festin des noces de l’Agneau. Dans ce banquet sacré, nous recevons la grâce de vivre dans les sentiments qui ont été dans le Christ Jésus. A notre mesure certes, mais réellement, nous participons à cette grâce qui a animé le Christ Jésus " jusqu’au bout ", à cette énergie qui l’a fait vivre et nous fait vivre, parce qu’elle est source de cet amour qui va jusqu’à sacrifier sa vie pour ceux qu’on aime.

Celui qui veut garder sa vie la perd. Celui qui la donne la reçoit, renouvelée et divinisée. " Ce n’est plus moi qui vis, c’est le Christ qui vit en moi. " La vie du Christ, c’est d’aimer Dieu jusqu’à donner sa vie pour Lui. La vie du Christ, c’est d’aimer ses frères jusqu’à donner sa vie pour eux. Le Fils de l’Homme n’est pas venu pour être servi, mais pour servir. Donner sa vie, ce n’est pas forcément le sacrifice et le témoignage du martyre, mais c’est, au jour le jour, dans les choses de la vie, se mettre au service de Dieu et au service de ses frères. " C’est un exemple que je vous ai donné afin que vous fassiez vous aussi comme j’ai fait pour vous. " Le lavement des pieds, geste du Serviteur qui est le Seigneur et le Maître, nous le refaisons à notre tour en mémoire de lui, avant de célébrer l’eucharistie, mémorial de la dernière Cène, où dans la communion à sa Pâque nous recevons la grâce de vivre notre vie comme des serviteurs de Dieu et des serviteurs de nos frères, jusqu’au bout.




2567 affichages
 

 Jeudi-Saint, 12 avril 2001



Untitled Document