Accueil
Présentation Avent Noël Ordinaire Carême Pâques Sanctoral Divers        


Accueil >> Ordinaire >> Semaine 3 >>   Notre mestier de chrétiens

TOP 5 :

textes  les plus lus :
 
par fr. HF Rovarino o.p.
La Mère de Dieu a quelque chose à nous dire
8487 visites

par fr. R Bergeret o.p.
Au désert, je parlerai à ton cœur
7575 visites

par fr. R Bergeret o.p.
Dieu nous fait le cadeau de sa présence
7467 visites

par fr. ST Bonino o.p.
Notre attente : la vie éternelle
6764 visites

par fr. BM Simon o.p.
Le jeune homme riche
6387 visites

Notre mestier de chrétiens

23 février

 

En ligne depuis le dimanche 5 novembre 2006.
 
 

"Laissez vos filets..Suivez- moi. Je vous ferai pécheurs d’hommes" dit Jésus

On imagine facilement la scène. Simon, André, Jacques, Jean sont tout à leur travail de pêcheurs sur le lac de Galilée.Pêcher des poissons pour les vendre et ainsi gagner leur vie, la vie de leurs familles, c’est là leur métier . Notons au passage l’étymologie du mot : " métier" ; on écrivait jadis mestier ; le s est tombé parce qu’on ne le prononçait pas.

Métier est le même mot que " ministère" ; "ministerium" en latin signifie : service. Un métier est un service.

Simon, André, Jacques, Jean sont insérés dans la société de leur temps ; c’est comme pêcheurs qu’ils "servent" cette société. Ils sont là où Dieu les veut.

Or , voici que Dieu leur dit, en Jésus : "Laissez là vos filets. Suivez-moi. Je ferai de vous des pêcheurs d’hommes" Jésus les fait changer de métier . Désormais leur métier, leur service, sera tout autre ; ils auront, par toute leur vie, à annoncer la Bonne Nouvelle, à faire connaître le Sauveur, à transmettre Sa Vie. Qu’est-ce que cela signifie pour nous qui sommes ici et qui devons toujours entendre l ’Evangile comme une parole qui nous est adressée ?

Pour certains, pour certaines (prêtres, religieux, religieuses..) ce qu’ont vécu là Simon, André, Jacques Jean est à vivre à la lettre. Pour ceux-là, il s’agit de se consacrer totalement, corps et âme, au service du Christ et de son Eglise, par la prière, par l’apostolat…Cette consécration totale, notons-le, pourra se traduire, chez bon nombre, dans la pratique d’un métier (enseignement, soin des malades..) ; ils seront ainsi sur le front missionnaire de l’Eglise et s’y donneront du fond de leur consécration.

Pour la plupart des baptisés, pour vous, frères et sœurs laïcs, il ne s’agit pas du tout de renoncer à un métier, de "laisser les filets du pêcheur" ; il ne s’agit pas de quitter sa place dans la cité des hommes, il s’agit sur place de donner à son travail humain, à tout ce qu’on est dans la cité, une âme profonde, de pénétrer d’amour de Dieu et du prochain les activités communes à tout le monde.

Le Royaume de Dieu se met en place dès maintenant dans le fil même de notre histoire humaine. Nous sommes en régime d’incarnation. Dieu en Personne, en la deuxième Personne de sa Trinité, est venu partager notre vie à ras de terre ; Il a pris chair dans la chair de notre vie. Cela à longueur d’histoire. Il greffe sa Vie ( de Fils éternel du Père) sur notre vie de chair et de sang.

Nous sommes aujourd’hui un dimanche que la liturgie appelle "ordinaire" ; ce mot, apparemment banal en dit long : Dieu vient habiter, partager la banalité de nos journées, l’ordinaire de notre vie.

A nous de vivre en profondeur cette banalité

Il ne s’agit pas de faire autre chose ; il s’agit de faire autrement les mêmes choses, même les plus profanes. "Pro fanum"" signifie : "devant le temple", "hors du temple" . Dieu s’est incarné, est venu comme hors de son mystère intime . Le profane est habité par le Christ, au souffle de l’Esprit qui palpite dans les enfants du Père que sont les baptisés.

A nous de vivre à ce niveau et non pas en surface. On disait de quelqu’un qu’il était "englouti" par sa surface…"

"Quitter nos filets" consiste pour nous tous à gagner la profondeur, à laisser l’Esprit Saint faire de nous des êtres denses, animés par la foi, par l’espérance, par la charité. C’est dire combien, plus que jamais, nous avons à lire la Parole de Dieu, à prier, à vivre avec ferveur les sacrements, à rompre les filets de l’égoïsme, de la volonté de puissance, à quitter tout ce qui nous empêche d’être les baptisés que nous sommes, à nourrir sans relâche le souci de témoigner de la Vérité, de l’Amour du Christ, dans le quotidien.

Non pas nous évader de l’humain, mais nous enfoncer dans l’épaisseur de l’humain où Dieu nous ravitaille de sa propre Vie, là est notre mestier de chrétiens.

Habitons la Source et toute notre existence humaine aura goût de Source.




2518 affichages
 

 Notre mestier de chrétiens



Untitled Document