Accueil
Présentation Avent Noël Ordinaire Carême Pâques Sanctoral Divers        


Accueil >> Sanctoral >>   La Gloire et la Croix

TOP 5 :

textes  les plus lus :
 
par fr. HF Rovarino o.p.
La Mère de Dieu a quelque chose à nous dire
8488 visites

par fr. R Bergeret o.p.
Au désert, je parlerai à ton cœur
7575 visites

par fr. R Bergeret o.p.
Dieu nous fait le cadeau de sa présence
7467 visites

par fr. ST Bonino o.p.
Notre attente : la vie éternelle
6766 visites

par fr. BM Simon o.p.
Le jeune homme riche
6387 visites

La Gloire et la Croix

2 février 2003 Présentation du Seigneur

 

En ligne depuis le dimanche 4 février 2007.
 
 

Et lorsque furent accomplis les jours pour leur purification, selon la Loi de Moïse, ils l’emmenèrent en haut à Jérusalem pour le présenter au Seigneur

« Si une femme est enceinte et enfante un garçon, elle sera impure pendant 7 jours... au 8ème jour, on circoncira le prépuce de l’enfant et pendant 33 jours encore elle restera à purifier son sang. Elle ne touchera à rien de consacré et n’ira pas au sanctuaire jusqu’à ce que soit achevé le temps pour sa purification » (Lév 12, 1-4).

La voici au matin de ce 40ème jour gravissant les 30 marches extérieures et les 28 degrés souterrains qui des portes de Hulda la conduisent dans le « Parvis des Nations », dans la foule, elle se presse contre son mari et elle a enveloppé de son voile de lin blanc Son Fils premier-né, protégeant du soleil, de la poussière et des mouches Celui dont seule elle connaît le secret révélé par l’Ange :

« L’Esprit Saint viendra sur toi et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre, c’est pourquoi l’Être Saint qui naîtra de toi sera appelé Fils de Dieu » (Lc 1, 35).

Quelle purification pour la « Comblée de grâces » ? Quel rachat pour le Fils, l’Unique engendré que nous donne le Père ?

« Elle apportera au prêtre à l’entrée de la Tente du Rendez-vous, un agneau d’un an pour l’holocauste et un pigeon ou une tourterelle, en sacrifice pour le péché... si elle est incapable de trouver la somme pour une tête de petit bétail, elle prendra deux tourterelles ou deux pigeons, un pour l’holocauste, l’autre en sacrifice pour le péché » (Lév 12, 6 ; 8).

Les voici devant les tables des marchands agréés par les Grands-Prêtres : elle n’a pas de quoi acheter un agneau pour l’holocauste, elle qui porte dans ses bras « l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde » (Jn 1, 29)

autrefois Dieu pourvut à l’agneau pour l’holocauste quand Abraham lui offrait son fils, son unique, Ysaac (Gn 22, 8)

aujourd’hui l’Heure vient où le Fils Unique engendré s’offre à Son Père Agneau de la Pâque nouvelle et éternelle

« le prêtre fera sur elle le rite de l’expiation et elle sera purifiée » (Lév 12, 8)

ils ont franchi le « soreg » l’impitoyable barrière qui sous peine de mort sépare les Nations d’Israël, ils sont entrés dans le « Parvis des Femmes » et par les vantaux ouverts de la Porte de Nikanor déjà ils voient l’Autel et par-delà la porte redoutable du « Saint » où 70 semaines plus tôt l’Ange Gabriel apparût à Zacharie à l’heure de l’offrande de l’encens :

« Ta femme enfantera un fils... il marchera devant le Seigneur dans l’esprit d’Élie lui préparant un peuple bien disposé » (Lc 1, 13-18 et Mal 3, 28)

et voici qu’aujourd’hui « Soudain il entre dans son sanctuaire le Seigneur que vous cherchez, et l’Ange de l’Alliance que vous désirez, le voici qui vient... il purifiera les fils de Lévi et ils deviendront pour le Seigneur ceux qui offrent l’offrande selon la justice » (Mal 3, 1-3).

Aujourd’hui, 40ème jour après Noël, s’accomplissent les 70 semaines de la prophétie de Daniel « pour mettre un terme à la transgression et introduire justice éternelle » (Dan 9, 4) : les fils de Lévi sont purifiés et Jérusalem est rachetée.

Aujourd’hui, la Gloire du Seigneur qu’Ézéchiel vit s’éloigner revient dans son Temple non plus « dans le bruit des grandes eaux » mais dans le silence d’un nouveau-né : « et le nom de la ville sera désormais : YHWH est là » (Ez 48, 35)

Aujourd’hui, l’Ange de l’Alliance s’avance vers l’autel de la Croix

Mais qui l’a vu ?

Et voici qu’il y avait à Jérusalem un homme du nom de Syméon, juste et pieux il attendait la consolation d’Israël et l’Esprit Saint était sur lui

Qui a vu, sinon ce vieillard si avancé en âge, que d’étranges contes courent sur lui à travers la ville, et que seule une promesse divine rattache encore à ce monde : voir le Christ du Seigneur

Et voici qu’au matin de ce 40ème jour une lumière nouvelle illumine ses yeux presqu’éteints et une vigueur nouvelle court dans ses membres usés, et dans la foule qui emplit le « Parvis des Femmes » il ne voit qu’eux :

L’homme, le fils de David sans diadème en ces jours où règnent Hérode l’Edomite, avec en sa main non pas le sceptre de la maison de Judas mais les deux colombes prescrites par la Loi ; que reste-t-il aux pauvres de YHWH sinon la foi ?

« Ecoute Israël YHWH notre Dieu est l’unique YHWH... que les paroles que je te dicte aujourd’hui restent dans ton cœur » (Dt 6, 4-6)

la jeune femme si fragile et si forte à la fois comme toutes les mamans, dans la joie et la fierté d’avoir mis un homme au monde selon la victoire promise au jour de la première transgression ; que reste-t-il aux pauvres de YHWH sinon l’espérance ?

« Je mettrai une hostilité entre toi et la femme, entre ton lignage et le sien, il t’écrasera la tête... » (Gn 3, 15)

et dans le creux de ses bras, sous le voile de lin blanc, le Christ du Seigneur l’Enfant Jésus ce mystère qui dépasse tout ce dont il avait pu rêver : l’Emmanuel, Dieu avec nous et Dieu l’un de nous ; que restait-il à Dieu sinon la folie de l’amour ?

« Voici la vierge est enceinte, elle va enfanter un fils et elle lui donnera le nom d’Emmanuel » (Is 7, 14)

et le Verbe s’est fait chair, et il a campé parmi nous et nous avons vu sa gloire... (Jn 1, 14)

Alors Marie a le geste le plus tendre et le plus bouleversant : relevant le voile de lin blanc, elle dévoile la Face du Dieu Vivant au vieillard dont le visage est plus rayonnant que celui de Moïse quand il redescendait de la Montagne (cf Ex 34, 29) et doucement, elle dépose dans le creux des bras sans âges le Dieu d’avant les siècles accomplissant le pourquoi de l’Incarnation

Et Syméon recueille tendrement au creux de ses bras, tout contre son cœur, ce tout petit Dieu apparemment si léger et si fragile et il la regarde bouleversé : comment a-t-elle pu concevoir et enfanter ce poids infini de Lumière et de Vie sans en être consumée ?

Et la prophétie retentit de nouveau dans le Temple : un vieillard berçant un nouveau-né chante la Gloire et la Croix :

« Maintenant Maître tu peux, selon Ta Parole, délier ton serviteur en paix car mes yeux ont vu ton salut

Vois ! cet enfant est posé pour la chute et la résurrection d’un grand nombre en Israël »

« Messie, pierre choisie par Dieu et rejetée par les hommes, chute pour ceux qui ne croient pas et résurrection pour ceux qui se confient en elle » (cf 1 P 2, 4-8 et Ps 117)

Lumière à la face de toutes les Nations

Vois ! cet enfant est posé en signe de contradiction pour que soient révélées les pensées du cœur

« Messie crucifié, scandale pour les Juifs et folie pour les Nations mais pour tous ceux qui sont appelés Juifs ou Grecs, sagesse et puissance de Dieu » (1 Co 1, 23-24)

Gloire de ton peuple Israël

Et toi ton âme sera transpercée par une épée

Messie transpercé nous « réconciliant avec Dieu en faisant la Paix par le sang de Sa Croix » (Col 1, 20) et qu’il te faudra accompagner et offrir jusque là !

Mais qui a entendu ?

Il y avait aussi une prophétesse, Anne, fille de Phanuel... survenant à l’heure même dans le Temple elle louait Dieu et parlait de l’enfant à ceux qui attendaient le rachat de Jérusalem

Qui a vu, sinon Siméon, ce vieillard qui n’a plus d’âge et se laisse mener par l’Esprit Saint ?

Qui a entendu, sinon Anne, cette pauvre femme dépouillée de tout bonheur dans la longue solitude de son veuvage et qui n’est plus que jeûne et imploration nuit et jour ?

Qui sinon ces pauvres parmi les pauvres de YHWH ?

Et voici que nous aussi, frères et sœurs, en ce 40ème jour après Noël nous sommes venus à la rencontre du Christ du Seigneur qui vient

Nous sommes entrés en procession, tenant en main des cierges allumés : avons-nous le cœur assez pauvre et pur pour voir le Christ Lumière, qui dans l’humilité de sa chair offerte (parole et pain) veut faire sa demeure non seulement dans le creux de nos bras mais au plus intime de notre cœur ?

Nous avons entendu et chanté les paroles-prophéties de Syméon : avons-nous l’âme assez dépouillée pour entendre le Salut de Dieu qui nous invite à marcher à sa suite jusqu’à la Croix ?

Si oui, alors nous pouvons chanter nous aussi :

Maintenant, Maître, tu peux selon Ta Parole, délier ton serviteur en paix.




2527 affichages
 

 La Gloire et la Croix

2 Novembre Mémoire des défunts

9 novembre Dédicace du Latran

Fêtes mariales
Untitled Document