Accueil
Présentation Avent Noël Ordinaire Carême Pâques Sanctoral Divers        


Accueil >> Noël >> Sainte famille >>   Sainte Famille... Famille de Saints !

TOP 5 :

textes  les plus lus :
 
par fr. HF Rovarino o.p.
La Mère de Dieu a quelque chose à nous dire
8521 visites

par fr. R Bergeret o.p.
Au désert, je parlerai à ton cœur
7591 visites

par fr. R Bergeret o.p.
Dieu nous fait le cadeau de sa présence
7487 visites

par fr. ST Bonino o.p.
Notre attente : la vie éternelle
6788 visites

par fr. BM Simon o.p.
Le jeune homme riche
6428 visites

Sainte Famille... Famille de Saints !

30 décembre 2007

 

En ligne depuis le mardi 8 avril 2008.
 
 

Frères et sœurs,

La nuit est un monde étrange, peuplé de songes et de rêves, de fantômes et d’esprits... Un monde que nous avons fini par méconnaître, esclaves que nous sommes devenus de la fée électricité... C’est aussi le monde des poètes qui scrutent les étoiles, celui des amoureux. C’est en fait un tout un monde, avec ses éléments avouables ou non, que nous fuyons parfois, dont l’existence nous paraît gommée par notre sommeil.

Et cependant, de nuit se passent bien des choses, quand tout le monde dort, quand la nature semble même retenir son souffle... C’est dans la nuit que le Fils de Dieu vient parmi nous, c’est dans la nuit du tombeau qu’il ressuscite d’entre les morts...

Et d’ailleurs, dans ce domaine, chacun a son rythme. Peu importe de savoir comment vous dormez, si votre sommeil est paisible... ou, au contraire, s’il est agité. Prenez Hérode, par exemple, parions que cette semaine il a mal dormi, sans doute est-il trop nerveux en ce moment... ça risque de lui jouer de mauvais tours ! Ou bien alors faites-vous partie de ceux qui ont du mal à s’endormir, qui las de chercher le sommeil, allument la lumière pour prendre un livre, leur chapelet ou bien aller faire un tour. C’est qu’il s’en passe des choses la nuit...

Ce n’est pas le frère insomniaque qui se trouvait dans cette église cette nuit qui viendra me contredire. Il était là, dans la pénombre, en train de contempler les différents personnages de notre crèche, au beau milieu de la nuit. Et quelle ne fut pas sa surprise de trouver, devant la crèche, une dame, venue d’on ne sait où... Elle avait gardé son chapeau et avait posé son parapluie et son panier près d’elle et elle se tenait là, devant la crèche. Et elle parlait...

Au début, le frère a pensé que cette dame était un peu dérangée, mais en tendant un peu l’oreille, il s’est rendu compte qu’elle ne parlait pas toute seule. Elle chuchotait -pour ne pas réveiller le petit- mais elle parlait bien avec quelqu’un ! Une jolie voix lui répondait !

Soit dit en passant, il n’y a que les grandes personnes qui soient persuadées qu’un santon ça ne parle pas et ça ne bouge pas. Les enfants savent bien voir au-delà des apparences. Si nous perdons ce regard de l’enfance, comment pourrons-nous entrer dans le Royaume ouvert aux enfants et à ceux qui leur ressemblent ?

Revenons à notre dame au chapeau et au parapluie... En fait, elle était inquiète, mais laissons-là parler :

« Dites-moi, Notre Dame, vous devez bien être fatiguée, après toutes ces émotions. Le froid n’est-il pas trop terrible ? »

Quelle ne fut pas la surprise du frère de voir le santon de la Vierge Marie qui s’animait... et qui parlait !

« - Terrible. Mais les bêtes qui sont là nous ont été d’un précieux secours. Tenez, elles ont soufflé sur le petit pour le réchauffer, parce qu’il fait bien froid dans cette église. Mais regardez-le comme il est beau ! Je ne me lasse pas de le regarder, de le contempler, mon Fils, mon Dieu et mon Roi ! »

Et, en se retournant vers la dame au parapluie, elle ajouta, rayonnante :
« - C’est que maintenant nous sommes une petite famille ! »

Le frère en est resté ébahi. Une petite famille ! La Sainte Famille ! Là, devant, ses yeux, il avait cette jeune maman épanouie, heureuse et souriante. Il en était presque à remercier le bon Dieu pour ses insomnies ! La scène était si simple, si belle, si fragile aussi. Parce qu’une famille, c’est fragile, nous le savons tous. Et il n’y a pas de recette à suivre, pas de chemin tout fait. Une famille, cela se construit petit à petit, avec beaucoup d’amour et de patience. Les lectures que nous avons entendues aujourd’hui nous donnent bien quelques consignes. Ne les négligeons pas...

Bien sûr, notre famille n’est pas la Sainte Famille, mais elle doit en suivre le modèle. Elle n’est pas la Sainte Famille mais elle est appelée à devenir une Famille de Saints !

Notre dame au parapluie et notre frère insomniaque l’ont bien compris : il se trouvent devant la Sainte Famille, une pure merveille de l’Amour. Et ils écoutent, ravis, les paroles de Marie. Laissons-lui la parole :

« Regardez cet enfant, on dirait une lampe, une petite flamme qui brille au cœur des ténèbres. Les ténèbres ne l’arrêteront jamais. Dieu l’a promis... Et puis un peu plus loin, il y a mon Joseph, un brave homme. Il dort lui aussi. Et à voir sa tête, on dirait qu’il est en train de rêver... un songe, sans doute. Il est drôle ce Joseph avec ses songes, il me fait penser à cet autre Joseph de la Genèse dont on raconte les histoires à la veillée de Nazareth... Pour un peu, il nous emmènerait en Egypte !... »

Elle sourit. Puis se tournant vers la dame, elle lui dit : « Madame, approchez-vous, venez un instant vous réchauffer à la lumière de notre famille ».

La dame s’est approchée. Elle a saisi d’une main son parapluie et son panier. L’autre main, elle l’a tendue vers l’Enfant pour lui caresser affectueusement la joue. Au moment où elle l’effleurait, elle a disparu ou, plutôt non, elle est devenue, dans la crèche, un santon parmi les autres. Ces santons qui regardent tous dans la même direction, vers l’Enfant Jésus, Lumière des nations.

Le frère s’est frotté les yeux. Non, il ne dormait pas.
C’est qu’il s’en passe des choses la nuit, chez les Dominicains...
Et vous, frères et sœurs, qu’attendez-vous pour vous approcher de la Sainte Famille ?
Qu’attendez-vous pour devenir une Famille de Saints ?
Amen.




3500 affichages
 

 Sainte Famille... Famille de Saints !



Untitled Document