Accueil
Présentation Avent Noël Ordinaire Carême Pâques Sanctoral Divers        


Accueil >> Avent >> Semaine 1 >>   Justice - Sainteté - Rédemption

TOP 5 :

textes  les plus lus :
 
par fr. HF Rovarino o.p.
La Mère de Dieu a quelque chose à nous dire
8243 visites

par fr. R Bergeret o.p.
Au désert, je parlerai à ton cœur
7406 visites

par fr. R Bergeret o.p.
Dieu nous fait le cadeau de sa présence
7302 visites

par fr. ST Bonino o.p.
Notre attente : la vie éternelle
6594 visites

par fr. BM Simon o.p.
Le jeune homme riche
6205 visites

Justice - Sainteté - Rédemption

Marseille, 29/11/2009

 

En ligne depuis le lundi 30 novembre 2009.
 
 

En ce 1er dimanche de l’Avent, trois pistes de lecture peuvent être retenues de notre liturgie de la Parole : attente active de la justice de Dieu ; appel permanent à la sainteté par l’amour ; accueil confiant du Rédempteur.

Jérémie nous dit que « le Seigneur qui est notre justice » accomplira la promesse de bonheur faite au peuple élu et que de David poussera un germe de justice. Justice qu’est-ce à dire ? Non pas tant une justice divine telle les foudres de Jupiter, non plus une Justice de Dieu, celle qui nous attend et que nous imaginons, nous concevons, nous fantasmons d’ores et déjà comme sadique, sanglante, sanguinaire et sans pitié. Mais justice au sens biblique : le Seigneur entend le cri de son peuple, il fera justice à la détresse des pauvres, il nous donnera un salut, il nous enverra un Sauveur ; le secours de notre Dieu germera de la maison de David : Jésus le Juste par excellence, justice de Dieu pour nous, pour tous les hommes de bonne volonté, de paix, pour les chercheurs de Dieu ! Nous le savons, cette promesse s’est accomplie, Jésus a habité parmi nous mais qu’en est-il de nous ? Sommes-nous toujours dans l’attente, l’écoute, dans la ferveur de Celui qui vient et qui est notre bonheur, Justice de notre Dieu pour les craignant Dieu ? Comment le Sauveur de tous les hommes nous trouvera-t-il ?

Paul nous invite, dans l’attente du retour glorieux du Christ avec tous les saints, et cela a déjà commencé pour nous ! A nous établir dans la sainteté, par un amour toujours plus intense et débordant et donc sans mesure. L’Avent est ce temps de préparation, de conversion, de croissance dans l’amour de notre Dieu révélé en Jésus, manifesté et adoré dans l’enfant nouveau né de Bethléem. Le fils de Marie est le Saint de Dieu qui seul nous rendra saint comme Notre Père des cieux est saint ! Donc une sainteté exigée de notre part mais mesurée à l’aune de l’amour et réalisée par la médiation du Sauveur du monde. Ce n’est pas simplement une question d’ascèse, de sacrifice et de mérite mais c’est ce don de nos personnes, surtout dans nos fragilités et parfois même de nos défaillances, à l’amour miséricordieux et bienveillant de notre Dieu manifesté en Jésus notre espérance et notre Sauveur. Restons-nous de petits saints, étriqués, moralisateurs, scrupuleux et envieux ? Mille fois mieux que cela : l’amour de Dieu est-il présent en nos vies ? Jésus est-il Amour de Dieu pour nous et qui me donne de nous aimer les uns les autres, d’aimer mon prochain et l’étranger !

Luc nous suspend au retour du Rédempteur, il espère notre salut et surtout que nous puissions paraître debout devant le Fils de l’homme, et dans cette attente, il en appelle à notre vigilance, à la garde du cœur et à la prière permanente. Ce Fils de l’homme, nous avons peine à le définir et surtout il nous angoisse car nous en faisons un juge implacable. Et si c’était simplement pour nous dire qu’il nous faut vivre la foi sous le mode de l’incarnation ; ne pas simplement avoir la tête au ciel et réaliser que nos deux pieds sont sur terre ? Une foi non point désincarnée mais vécue dans notre peau d’hommes et de femmes d’aujourd’hui, vivre ce présent de Dieu, ici et maintenant, dans notre monde tel qu’il est ? Si au terme de nos vies, on apparaît sans saveur, sans couleur, bien fade et passe-partout, sans vague ni remous, bien tranquille et pépère, pour autant passerons-nous sans crainte ni jugement ? Après tout, si Dieu s’est incarné en Jésus, pourquoi notre foi ne devrait-elle pas être chevillée à notre simple humanité comme à notre humanité de tous les jours, quitte à l’ouvrir et à la soumettre à l’action de la grâce, de la faveur divines ! Si le Fils de l’homme, Jésus, est identique au Fils de Dieu, le Christ, alors dans nos personnes incarnées et dans nos vies de foi, accueillons Jésus le Christ ! Qu’importent les temps passés, présents et futurs puisqu’il s’agit de vivre au présent Jésus, toujours le même, hier, aujourd’hui et demain, Fils de Dieu et fils des hommes ! Devrions-nous craindre le Fils de l’homme si le Fils de Dieu est avec nous, est pour nous ? Encore nous faudrait-il simplement vivre, vivre humainement parlant, et surtout vivre Dieu maintenant et ici !

Puisse ce temps de l’Avent nous préparer à la venue du Sauveur : à accueillir Dieu notre Justice en l’enfant de Bethléem ; à grandir en sainteté dans l’amour du Saint de Dieu, le Seigneur Jésus ; et à devenir fils de Dieu dans notre façon d’être fils des hommes, à ouvrir, à offrir nos vies au Rédempteur ! Amen !




2453 affichages
 

 Justice - Sainteté - Rédemption



Untitled Document