Accueil
Présentation Avent Noël Ordinaire Carême Pâques Sanctoral Divers        


Accueil >> Ordinaire >> Semaine 5 >>   La triple surprise

TOP 5 :

textes  les plus lus :
 
par fr. HF Rovarino o.p.
La Mère de Dieu a quelque chose à nous dire
8266 visites

par fr. R Bergeret o.p.
Au désert, je parlerai à ton cœur
7430 visites

par fr. R Bergeret o.p.
Dieu nous fait le cadeau de sa présence
7327 visites

par fr. ST Bonino o.p.
Notre attente : la vie éternelle
6621 visites

par fr. BM Simon o.p.
Le jeune homme riche
6228 visites

La triple surprise

Montpellier 7 février 2009

 

En ligne depuis le lundi 8 février 2010.
 
 

Les Juifs sont un peuple de la terre. Dieu libère Israël de l’Egypte, Dieu sépare les eaux de la mer Dieu donne une terre où ruissellent le lait et le miel. Les juifs ne sont pas les Grecs, peuple de la mer, ni les Phéniciens, peuple de marins. Leur univers, c’est la terre. Aussi, la mer est-elle chargée dans leur imaginaire d’un symbolisme négatif. Les eaux du gouffre renvoient à l’image d’un péril mortel (Ps. 69.3). Les eaux profondes ressemblent au shéol (Jon 2, 6s). Dans les profondeurs de la mer habitent des forces maléfiques. Quand Jésus s’avance vers Pierre et lui intime l’ordre de jeter ses filets en eaux profondes, il va susciter une triple surprise : Une triple surprise 

La première : ces eaux abritent des monstres, il est dangereux de s’y aventurer. Pierre risque de tout perdre, les filets bien sûr, mais plus encore : la vie. S’acoquiner ou flirter avec le mauvais ne laisse jamais indemne. Dieu dans sa miséricorde peut toujours venir nous libérer des griffes du mauvais, mais le malin laissera des tâches sur le corps, le cœur ou la mémoire qui rappeleront les forfaits du passé. Donc, danger.

 Seconde surprise : Pierre et ses compagnons ont déjà péché toute la nuit. Ils n’ont rien pris. Les voici découragés, harassés. Auraient-ils espéré de Jésus quelque réconfort, ils n’en reçoivent point. Le Maître est dur : il leur demande de travailler davantage encore. Parole cependant du Seigneur et non d’un patron avide de profit. Parole qui a son énergie, son efficacité : c’est celle du Verbe créateur. Il dit et cela est... Pierre ne récrimine pas. Las, sans nul doute, il part jeter les filets dans les eaux profondes, comme Jésus le lui a demandé. 

Troisième surprise alors : du poisson, il y a... une myriade de brochets pris dans les mailles du filet. Pierre a la foi. Il la confesse. Il se prosterne. Il s’agenouille. Geste non mécanique, non idiomatique, mais geste révérenciel, sublime, d’un homme qui a la foi. 

 Tu seras pécheur d’homme « Sois sans crainte » dit Jésus « désormais ce sont des hommes que tu prendras ». Ce bonheur éprouvé aujourd’hui, demain il sera plus grand encore. Ce ne seront plus des poissons, créatures sans voix et sans âmes que tu ramèneras, mais des hommes. Jésus promet donc à Pierre d’être pécheur d’hommes. Mais ces hommes pris dans les filets de Pierre, ne serait-ce pas nous par hasard ? Ne serions-nous pas ces hommes retenus captifs dans les parapets de l’Église ? Et moi-même qui vous parle, n’ai-je pas été victime de quelques prêtres recruteurs ? Penser ainsi, c’est oublier la symbolique des eaux. Avance en eaux profondes, dit Jésus, là où les hommes sont en proie aux tourments, à la souffrance, à la douleur. Avance en eaux profondes, là où les hommes esseulés se désolent. Avance en eaux profondes, là où les hommes fatigués ont démissionné de leur liberté. « Ce sont des hommes que tu prendras », Ce sont des hommes que tu relèveras, Ce sont des hommes que tu tireras du gouffre de la misère, de la faim, de la drogue, de la peur, de la mort. Ce sont des hommes que tu mettras debout et que tu libéreras de l’enfer, de leur enfermement.

 Le vrai miracle « Alors, ils ramenèrent les barques au rivage et, laissant tout, ils le suivirent ». Ils le suivirent. N’est-ce pas là le vrai miracle de cette pêche que l’on dit miraculeuse ? Le miracle c’est de faire confiance Le miracle, c’est de croire Le miracle, c’est de mettre ses pas à la suite de ceux du Christ Le miracle c’est d’accepter de partir, de laisser barque et rivage, métier et famille, et d’aller à la suite du Christ. Le vrai miracle de cette pêche, pour lequel nous pouvons glorifier Dieu, par des chants et des psaumes, c’est Pierre et ces compagnons qui partent à la suite de Jésus, qui deviennent sauveurs d’hommes parce que Jésus est le Sauveur. Frères et sœurs, Dieu a confié à chacun d’entre nous un homme Nous savons tout de lui, Nous le connaissons jusque dans son intimité Nous devons veiller sur cet homme Nous devons le protéger et l’aimer, Nous devons le regarder avec attention, douceur et bonté Pour qu’il ne tombe pas dans les eaux profondes du désespoir. Cet homme c’est vous ! Il y a un autre homme qui nous est donné Il vient pour nous permettre de devenir ce que nous sommes Il vient non pour porter notre peine mais pour nous porter, nous, Sans Lui nous ne pouvons rien faire Cet homme, ce n’est ni votre conjoint, ni nos parents, ni vos enfants, ni le prieur des Dominicains. D’eux, nous attendons bien plus qu’ils ne peuvent donner Cet homme, c’est le Christ et Il est là aujourd’hui, réellement. Suivons-Le !




1846 affichages
 

 La triple surprise



Untitled Document