Accueil
Présentation Avent Noël Ordinaire Carême Pâques Sanctoral Divers        


Accueil >> Ordinaire >> Semaine 7 >>   Laissons-nous réconcilier par Dieu !

TOP 5 :

textes  les plus lus :
 
par fr. HF Rovarino o.p.
La Mère de Dieu a quelque chose à nous dire
8233 visites

par fr. R Bergeret o.p.
Au désert, je parlerai à ton cœur
7402 visites

par fr. R Bergeret o.p.
Dieu nous fait le cadeau de sa présence
7294 visites

par fr. ST Bonino o.p.
Notre attente : la vie éternelle
6589 visites

par fr. BM Simon o.p.
Le jeune homme riche
6199 visites

Laissons-nous réconcilier par Dieu !

19 février 2012

 

En ligne depuis le mercredi 22 février 2012.
 
 

Frères et sœurs, ce dimanche serait-il celui du pardon ? Ce serait, en quelque sorte, quelques jours avant le Carême que nous débuterons mercredi prochain, un avant-goût, une annonce de ce temps bien particulier où nous sommes invités à aller au désert pour retourner à Dieu, où nous sommes invités à nous laisser réconcilier avec Dieu.

Parce que le pardon, c’est tout de même une grande affaire, une pierre d’achoppement sur laquelle nous venons buter bien souvent. Il est présent dans toutes nos célébrations, du début jusqu’à la fin : nous commençons en effet par reconnaître que nous sommes pécheurs et demander au Seigneur sa miséricorde et, presque à la fin, nous disons ensemble le Notre Père où la demande « Pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés » est sans doute une des plus difficiles à prononcer !

Demander pardon à Dieu, passe encore. Mais dire « comme nous pardonnons », c’est une autre histoire. Le pardon n’est pas simple et nous avons tant de mal à pardonner. Et d’ailleurs, comment pardonner quand surgit l’impardonnable ?

Or frères et sœurs, le problème ne vient pas de notre capacité ou de notre incapacité à pardonner. Le problème vient peut-être plutôt de notre conception du pardon de Dieu. De même que l’on dit souvent que pour pouvoir aimer correctement il faut avoir été aimé, pour pardonner, il faut avoir été pardonné. Il faut avoir accepté de se laisser pardonner.


Et les textes d’aujourd’hui nous disent beaucoup au sujet du pardon de Dieu : un pardon qui ne ressasse pas sans cesse le passé, un pardon entier, enfin, un vrai pardon.

Le pardon de Dieu est un pardon qui sait tourner la page. Dans la 1ère lecture, le prophète Isaïe est formel : « Ne songez pas au passé. » Attention, il ne nous dit pas d’oublier -le pardon n’est pas l’oubli- mais il nous demande de ne pas nous souvenir, de ne pas revenir sans cesse sur ce qui fait mal. Combien de chrétiens qui ont confessé des péchés graves il y a si longtemps qui reviennent encore et toujours sur le passé, traînant une culpabilité qui n’a pas lieu d’être dans le cœur de Dieu !

Le pardon de Dieu est un pardon complet, qui n’est pas oui un jour et non un autre. La 2ème lecture nous le dit : il est le « Dieu fidèle » et ses dons sont sans repentance ! [1]. Dieu pardonne sans conditions, mais avec des exigences : « Va et ne pèche plus ! »

Enfin, le pardon de Dieu est un vrai pardon, sans calcul, sans sous-entendus. Il est guidé par la miséricorde et la justice, l’une ne va pas sans l’autre. C’est un pardon qui purifie et va jusqu’aux profondeurs de l’âme pour en extraire ce qui l’étouffe depuis si longtemps, le péché. Encore faut-il y croire,-comme le disent les scribes de notre évangile- que Dieu peut pardonner les péchés ! Encore faut-il le vouloir, car ce sera une expérience sans doute douloureuse mais salvatrice !


Frères et sœurs, il va falloir apprendre à se laisser pardonner par Dieu.
Laissons-nous faire... par Dieu.
Laissons-nous réconcilier par lui, avec lui !
Et plus rien ne sera jamais pareil.
Amen.

[1] Rm 11,29




1357 affichages
 

 Laissons-nous réconcilier par Dieu !



Untitled Document