Accueil
Présentation Avent Noël Ordinaire Carême Pâques Sanctoral Divers        


Accueil >> Carême >> Semaine 1 >>   Prendre le Carême à bras-le-cœur !

TOP 5 :

textes  les plus lus :
 
par fr. HF Rovarino o.p.
La Mère de Dieu a quelque chose à nous dire
8196 visites

par fr. R Bergeret o.p.
Au désert, je parlerai à ton cœur
7369 visites

par fr. R Bergeret o.p.
Dieu nous fait le cadeau de sa présence
7272 visites

par fr. ST Bonino o.p.
Notre attente : la vie éternelle
6565 visites

par fr. BM Simon o.p.
Le jeune homme riche
6176 visites

Prendre le Carême à bras-le-cœur !

17 février 2013

 

En ligne depuis le mercredi 20 février 2013.
 
 

Frères et sœurs,

Il y a bien longtemps que nous ne nous sommes pas vus ! Et, comme le font de vieux amis qui se rencontrent, j’aurais presque envie de vous poser la question suivante : qu’il a-t-il de nouveau ? Oui, quoi de neuf dans votre existence de chrétiens ?

Laissez-moi deviner...
A coup sûr, vous allez me parler de l’entrée en Carême ! Ça, c’est LA nouveauté de cette semaine, n’est-ce pas ?
Et pourtant, le Carême risque d’être une vieille chose que l’on ressort tous les ans, parce que la roue tourne et que l’année liturgique est ainsi faite. Certes, comme tous les premiers dimanches de Carême, nous avons droit à la tentation de Jésus au désert. Certes, on nous a exhortés à la prière, au jeûne et à l’aumône. Certes, comme tous les ans, nous allons faire un petit effort -ou même de gros efforts !- pour retrouver le Seigneur, par un chemin qui passe tout de même par le désert !
Alors, quoi de nouveau dans tout ça ?
La nouveauté, c’est que ce Carême, en cette année 2013, nous allons vraiment le vivre ! Et comment faire ? En suivant le Christ !

Reprenons l’Évangile de ce jour.
Jésus est conduit au désert.
Il est tenté.
Il résiste et en sort vainqueur !

Jésus est conduit au désert.
Le désert fait toujours un peu peur. Vous pensez : personne ! Ou, du moins, personne de visible car un désert n’est pas un lieu si vide que ça ! Et puis il y a le silence, écrasant et terrible. Celui qui a déjà vécu l’expérience de se retrouver vraiment seul, entouré de sables ou de rochers, comprendra ce poids du silence.
Un silence où l’on retrouve Dieu... où se réveillent aussi tous les démons. Il fait bon d’aller au désert, pour creuser la soif en nous, la soif de l’autre, la soif du Tout-Autre.

Jésus est tenté.
Il est tenté par le démon qui est bien une personne qui vient à sa rencontre. Vous savez, le démon n’a pas beaucoup d’imagination pour ses tentations. Il voit bien nos chutes et connaît nos points faibles. Alors il nous attaque toujours là où le bât blesse... Le problème avec Jésus, si j’ose dire, c’est qu’il ne pèche pas et que le démon va devoir se démasquer et aller sur son terrain, sur le terrain de l’Écriture. Il ne manque pas d’aplomb : tenter avec l’Écriture celui qui est le Verbe Incarné ! Ce sont tout d’abord ses sifflements qui le démasquent, par trois fois. Les avez-vous entendus ? « Si tu es le Fils de Dieu », « si tu te prosternes », « si tu es le Fils de Dieu »... Et Jésus lui répond... par l’Écriture ! Quelle leçon pour nous ! Quelle invitation à nous replonger dans l’Écriture !

Jésus résiste et est vainqueur !
Ne succombons jamais à la tentation du découragement. Nous retombons dans les mêmes erreurs ? Et alors ! Revenons au Seigneur et essayons de nous améliorer, petit à petit, si nous ne pouvons y arriver d’un seul coup ! Et si nous y arrivons, n’en tirons pas de fierté... ce ne serait que tomber de plus haut ! C’est la grâce que nous donnera le Seigneur qui nous permettra d’y parvenir. Demandons-lui la grâce de la conversion pour ce Carême !

Voilà la nouveauté de cette semaine : ce Carême, nous allons le prendre à bras-le-corps... à bras-le-cœur ! Voilà ce qu’il y a de neuf !


Mais je vois à la mine de certains d’entre nous que ce n’était pas la nouveauté qu’ils attendaient... Vous pensiez à d’autre chose, à quelqu’un d’autre, peut-être... sans doute !
Ah oui, c’est vrai que « comme un coup de tonnerre dans un ciel serein » selon les mots du doyen du collège des cardinaux, Mgr Angelo Sodano, nous avons appris lundi dernier que le pape Benoît XVI souhaitait se retirer du monde...
Nous vivons des instants historiques, inédits pour chacun d’entre nous.

Ne cédons pas à la tentation de l’inquiétude. C’est l’Esprit Saint qui gouverne l’Église et la conduit sur les chemins de ce monde. Il nous a donné un grand pape en la personne de Benoît XVI. Et à ceux qui me demandent qui est mon « candidat », je réponds simplement : « le candidat de l’Esprit Saint ! » C’est aussi simple que ça...


Alors, frères et sœurs, bon Carême !

Faisons mourir la vieille femme, le vieil homme, qui sommeille toujours en nous ! Pour renaître à la Vie toujours nouvelle du Christ !

Amen.




1643 affichages
 

 Prendre le Carême à bras-le-cœur !



Untitled Document