Accueil
Présentation Avent Noël Ordinaire Carême Pâques Sanctoral Divers        


Accueil >> Pâques >> Vigiles >>   De l’étonnement à l’émerveillement

TOP 5 :

textes  les plus lus :
 
par fr. HF Rovarino o.p.
La Mère de Dieu a quelque chose à nous dire
8357 visites

par fr. R Bergeret o.p.
Au désert, je parlerai à ton cœur
7498 visites

par fr. R Bergeret o.p.
Dieu nous fait le cadeau de sa présence
7393 visites

par fr. ST Bonino o.p.
Notre attente : la vie éternelle
6681 visites

par fr. BM Simon o.p.
Le jeune homme riche
6291 visites

De l’étonnement à l’émerveillement

Bordeaux 30 mars 2013

 

En ligne depuis le jeudi 4 avril 2013.
 
 

Il y a des mots qui tombent à pic : ainsi « ... tout étonné de ce qui était arrivé » (Lc 23) ; comme l’Evangile vient de le dire, à propos de Pierre revenant du tombeau vide au Jour de la Résurrection.

Tout à l’heure, chacun va rentrer chez soi, gardant comme un trésor, un étonnement - notamment vous, chers catéchumènes, ceux qui vous accompagnent, mais encore nous tous qui parcourons cette nuit très sainte. Etonnement, en effet : comment sommes-nous venus jusque-là, par quels liens mystérieux ? Pourquoi la Providence a-t-elle voulu nous conduire ici ?

Mais à y regarder de plus près, l’étonnement va s’élargir en action de grâce, en un émerveillement mêlant une joie personnelle et divine, à une gratitude pour ce que le Sauveur nous fait partager ; seul son immense amour peut en être la source. C’est pourquoi, un cri parcourt cette nuit. Longtemps retenu, il a déjà transformé notre étonnement en « Alleluia - Loué soit le Seigneur ! »

Ainsi en va-t-il donc en cette longue nuit de la reconnaissance, cette nuit de la louange. Nous avions besoin d’elle : elle va désormais illuminer nos jours. Car en son cœur, le Seigneur va nous visiter et nous allons entrer davantage dans sa famille !

Elle consonne avec une autre nuit, qui s’étendait depuis des millénaires : chacun de nous a pu comme parcourir ce temps immense, en compagnie de Dieu, éclairé par sa Parole, son Esprit, ses Patriarches, ses Psaumes et ses Prophètes. Chacun de nous s’émerveille aussi devant ce fait : notre vie et celle de Dieu, devenant comme un seul cœur, des vies liées par la grâce, et dont la Croix est devenue la clef ! Il en aura fallu du temps pour qu’on en arrive là, des années ! Mais pour le Seigneur, « mille ans sont comme un jour ».

En revanche, pour qui voit ses jours se dérouler loin de Dieu, loin parfois de toute forme de repère, un jour peut être long comme mille ans, entre questionnements, brouillard, absence d’espérance. Il arrive, certes, que pour certains la question du sens de la vie soit absente, que la distraction ait tout envahi. Mais pour bien de gens, la vie sera - au moins pendant un temps - traversée par des soupirs ou des recherches de raisons de vivre. Une vie peut être aussi éclairée par des aspirations au don de soi, à la quête de Dieu, désirs qui peuvent retomber comme une lourde dalle, après avoir dit : y a-t-il un Dieu ? Est-ce qu’il peut penser à moi ? Comment avoir accès au Seigneur de la Vie ?

Ces questions, si grave malgré la joie qui les porte, osons les entendre cette nuit ! Les vraies questions, n’est-ce pas de nuit qu’elles avancent souvent ? Nicodème qui vint de nuit se confronter au Mystère du Seigneur, pourrait leur prêter ses pas (Jn 3). Car il fut comme l’un de nous, de vous, voulant comprendre qui était ce Jésus dont gestes et paroles révélaient le Mystère de Dieu. Ne l’ayant pas compris, il en fut cependant touché ; suffisamment pour se prononcer plus tard selon sa conscience en plein jour, devant des adversaires de Jésus ; Nicodème, « touché à vie », recevant au pied de la Croix le Corps du Seigneur, guidé d’abord par sa conscience ! C’est dans cette conscience que Dieu fait entendre sa voix. Nicodème nous aide à percer la nuit, à en découvrir la grâce, celle d’une naissance, celle du baptême - la naissance d’En-haut- ; celle de la nuit où l’on vient au Jour nouveau ; celle du Jour où l’on peut être pleinement pour Dieu.

C’est là qu’il faut approfondir ce que nous offre cette nuit :

1. quand le Seigneur créa la lumière, c’était de nuit ; et la vie commença : Dieu vit que cela était bon (Gn 1) ; alors en cette Création nouvelle offerte par Pâques, et notre Baptême, regardons toute chose selon la lumière de Dieu ;

2. quand le Seigneur annonça à Abram la future multitude des croyants, c’était de nuit (Gn 17) ; et nous voilà ici, avec Abraham, tournés en foule vers Dieu ;

3. quand le Seigneur voulut éprouver la fidélité de Jacob et l’affermir, il l’affronta. Il lutta une nuit sur le gué du Yabocq, et Jacob fut trouvé « fort face à Dieu - Israël » (Gn 32) ; que Dieu nous trouve forts face à lui, sachons l’empoigner franchement, comme il nous a saisis à jamais ;

4. quand le Seigneur réalisa les merveilles de l’Exode, par une délivrance nocturne, la Parole de Dieu manifesta qu’écouter Dieu c’est vivre ; faisons-le chaque jour ;

5. quand le Seigneur choisit de venir au jour à Bethléem pour être notre Sauveur, la nuit resplendit, et la joie fut au rendez-vous ; puisse notre foi rester joyeuse ! C’est le premier des services que nous pouvons rendre à ceux qui côtoient ;

6. quand le Sauveur voulut à Gethsémani accomplir ce que veut le Père, afin d’offrir à tout homme la vie divine, c’était de nuit encore ; nuit étendue aux ténèbres du Calvaire ! Depuis, Dieu demeure au cœur de nos croix, pour y vaincre la désespérance ! Christ est Ressuscité, nous ne sommes jamais seuls !

Que de richesses dans ce « livre des nuits » annonçant le Jour glorieux : cet instant dont la grâce vient couler dans nos veines ! Et les dons du Seigneur sont sans repentance, pour faire de nous des saints, rien d’autre, consacrés par le baptême ; portant Dieu en tout lieu, à tout cœur ! Aimant, intercédant, rayonnant dans la force et la joie de Dieu.

Quel parcours ! Il est dans la filiation divine offerte par Dieu à chacun ; cette filiation par la grâce qui veut envahir le cœur de nos baptisés ! Leur nouvelle naissance nous rend plus vive aussi la nôtre plus ancienne. Comment l’étonnement ne ferait-il pas place à l’émerveillement ! Seul celui qui attend le Seigneur est capable d’apprécier l’instant présent, à toute heure ! Car il sait placer cet instant dans la perspective juste. Il le fait communier à la venue du Seigneur.

... Et c’est maintenant. Renaissons grâce à Dieu à la joie de Dieu, car le Christ est Ressuscité, il est vraiment Ressuscité !




1826 affichages
 

 De l’étonnement à l’émerveillement



Untitled Document