Accueil
Présentation Avent Noël Ordinaire Carême Pâques Sanctoral Divers        


Accueil >> Noël >> Noël >>   Un enfant nous est donné

TOP 5 :

textes  les plus lus :
 
par fr. HF Rovarino o.p.
La Mère de Dieu a quelque chose à nous dire
8388 visites

par fr. R Bergeret o.p.
Au désert, je parlerai à ton cœur
7520 visites

par fr. R Bergeret o.p.
Dieu nous fait le cadeau de sa présence
7414 visites

par fr. ST Bonino o.p.
Notre attente : la vie éternelle
6703 visites

par fr. BM Simon o.p.
Le jeune homme riche
6306 visites

Un enfant nous est donné

25 décembre 1997

 

En ligne depuis le vendredi 1er juillet 2005.
 
 

Mes frères, chaque année à Noël nous faisons le bilan de l’année écoulée. Dans notre bilan personnel nous évoquons tout ce que nous avons vécu, les événements heureux qui ont marqué notre vie de famille et notre vie personnelle, et sans doute inévitablement une somme de catastrophes qui pèsent encore sur nos épaules et que nous sommes venu confier au Seigneur. Pour ce qui est du bilan de l’Église, nous nous réjouissons cette année de ces merveilleuses Journées Mondiales de la Jeunesse à Paris, comme de l’anniversaire de la mort de Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus qui obtint tant de grâces pour chacun de nous en cette année où elle fut déclarée Docteur de l’Église. Mais quand nous faisons le bilan de la marche du monde, nous sommes franchement accablés. On sort d’une guerre pour entrer dans une autre ; la pourriture semble gangrener toute la vie politique, ne parlons pas de la vie économique ; les livres noirs des horreurs de ce siècle fait déferler sur nous ces milliers et ces milliers de visages de braves gens, innocents comme vous et moi, et victimes de la cruauté de leurs semblables. Vraiment nous arrivons à Noël pantelants, écrasés de malheur, remplis de doutes. Au point que nous en venons parfois à nous demander si la joie que nous donnent ces magnifiques célébrations, comme nos sympathiques fêtes de famille ne sont pas factices. Cette parenthèse de la joie de Noël n’est-elle pas une illusion à la façon de ces jeux modernes qui créent des situations virtuelles qui ont la consistance de la fumée de cigarette !

Oui, nous arrivons à Noël brûlants de questions. Mais s’il est honnête de se poser les questions, il est honnête aussi d’écouter la réponse. Car Noël est la réponse. Noël est la réponse que Dieu donne à nos poignantes questions. Mais c’est une réponse qui n’impose pas son évidence : elle donne à penser. Une réponse qui ne résout rien mais qui solutionne tout pour celui qui en reçoit le message. Car finalement d’année et année, et malgré la variété des situations, c’est toujours la même question et c’est toujours la même réponse. Ce qui change ce ne sont pas les questions des hommes, ce n’est pas non plus la réponse de Dieu. Ce qui change ce sont ceux qui posent les questions, ceux qui reçoivent ou non la réponse.

Aussi, mes frères en cette Nuit solennelle, veuillez accueillir, s’il vous plaît, la réponse de Dieu à votre question. Cette réponse la voici, très ancienne et toujours actuelle : un enfant nous est né, un fils nous est donné ! Avez-vous bien entendu le message ? Avez-vous bien reçu la réponse ? Un enfant nous est né ! Pas une solution, pas une théorie, pas un système d’explication du monde : un enfant ! Pas un chef politique providentiel, pas un savant nobélisable, pas un économiste visionnaire : un enfant ! Pas un héros de légende, pas un athlète accompli, pas un surdoué précoce un enfant !

Mais quoi, à la fin, un enfant ! Qu’en est-il d’un enfant ? Un enfant, mes frères, un nouveau-né, c’est quelqu’un ! Un enfant çà existe. Un enfant çà arrive ! Vient-il de moi, vient-il du ciel ? En tout cas, quand un enfant entre dans votre vie, ça dérange tout, çà impose sa loi ! Et selon que vous avez un coeur de pierre ou un coeur de père, vous le regardez comme un ennemi ou comme une joie ; vous le recevez comme un problème, ou vous l’accueillez comme un cadeau ; vous cherchez à vous en débarrasser : c’est possible, c’est même légal ! comme fit Hérode avec les Saints Innocents. Ou bien vous vous gênez pour le recevoir, comme fit saint Joseph dans la sainte famille.

C’est que Dieu vient à nous comme un enfant. Il nous arrive. Et comme un enfant, il est inoffensif. Il ne tue pas, ce n’est pas un tueur. Il ne pense pas de mal de vous, il ne dit pas de mal de vous. Comme un enfant, il ne demande qu’à être accueilli, à être nourri, à être aimé. Il ne demande qu’une chose : exister.

Cette nuit, vous avez entendu un appel intérieur qui vous a poussés à sortir de chez vous à une heure inhabituel. C’était des anges, mais peut-être ne les aviez-vous pas reconnus. Ils vous disaient : prends ta question et va à la messe de minuit. Là tu trouveras un remède à ta détresse. Là, ma réponse t’attend. Mes frères, les anges ne vous ont pas trompés. Ils vous ont dit ce qu’ils ont déjà dit au premier jour : Je vous annonce une bonne nouvelle : un Sauveur (voilà la réponse) vous est né. Et voici le signe auquel vous le reconnaîtrez :vous trouverez tout simplement un enfant nouveau-né !

Si à la façon de Marie sa mère, à la façon de saint Joseph à qui il a été confié, à la façon de sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus, vous accueillez cet enfant nouveau-né, si vous ne le rejetez pas, si vous ne le regardez pas de l’air déçu de celui qui attendait "tout de même autre chose", il fera chez vous des merveilles. Il vous sourira et son sourire illuminera votre vie. Il vous tendra ses petites mains. C’est tout ce qu’il peut faire. Mais si vous avez du coeur, vous n’en demanderez pas davantage. D’ailleurs vous ne sauriez obtenir davantage que cet enfant qui vous est né, ce fils qui vous est donné, car il est Dieu lui-même. Dieu qui se met à votre disposition. Dieu Consolateur. Dieu Conseiller merveilleux. Dieu enfant, seule réponse possible à la brutalité du monde, seule réponse vraiment efficace aux grandes questions des grandes personnes.

Probablement le monde refusera-t-il encore cette année, cette réponse. Il retournera alors à ses cruautés, à sa barbarie et à ses oeuvres de ténèbres. Quant à nous, à l’image des bergers que les anges ont tirés de leur nuit, accueillons cet enfant. Dans son coeur brûle tout l’amour de Dieu. Petit enfant soit le bienvenu sur notre terre, dans nos famille, chez nous. Amen.




3614 affichages
 

 Un enfant nous est donné



Untitled Document