Accueil
Présentation Avent Noël Ordinaire Carême Pâques Sanctoral Divers        


Accueil >> Ordinaire >> Semaine 27 >>   La foi est un don de Dieu qui se reçoit

TOP 5 :

textes  les plus lus :
 
par fr. HF Rovarino o.p.
La Mère de Dieu a quelque chose à nous dire
8382 visites

par fr. R Bergeret o.p.
Au désert, je parlerai à ton cœur
7514 visites

par fr. R Bergeret o.p.
Dieu nous fait le cadeau de sa présence
7410 visites

par fr. ST Bonino o.p.
Notre attente : la vie éternelle
6695 visites

par fr. BM Simon o.p.
Le jeune homme riche
6303 visites

La foi est un don de Dieu qui se reçoit

4 OCTOBRE 1998

 

En ligne depuis le mercredi 27 juillet 2005.
 
 

" Avoir ou ne pas avoir la foi ", la question continue d’être posée comme un reproche ou comme une excuse. Frères et soeurs, je ne vous étonnerai sans doute pas si je vous avoue ne pas savoir vraiment pourquoi tel ou tel a la foi, pourquoi tel ou tel autre ne l’a pas : certains évoqueront l’éducation, l’information, l’honnêteté, la volonté, que sais-je encore, et il y a peut-être un peu de tout cela, mais je crois que la réponse à la question se trouve en Dieu seul et peut-être aussi, pour une part, dans les textes de ce jour. Car ceux-ci me disent qu’il existe des qualités qui favorisent non pas le don de la foi, que je crois offerte à tous, mais en tout cas l’accueil de ce don et son développement ; ces qualités ont pour nom : réceptivité, fidélité et gratuité.

Il n’est pas rare de rencontrer des gens qui se plaignent de n’avoir jamais eu le don de la foi, mais qui au vrai ne sont nullement disposés à l’accueillir. La foi ne prendrait pas beaucoup de place chez eux, la taille d’une graine de moutarde, mais cette place-là, ils ne l’offrent même pas : ils sont trop pleins d’eux-mêmes, trop résolus à ne rien lâcher, trop remplis de justifications, d’appréhensions, de vanités, pour laisser le moindre courant d’air balayer leur intérieur. S’ils se plaignent de n’avoir pas reçu la foi, c’est souvent parce qu’ils auraient voulu l’accueillir et la posséder de la même manière qu’ils s’assurent la possession de leur vie ou de celle des autres. Pour que la foi entre dans nos coeurs, c’est tout simple mais il faut le répéter sans cesse, il faut non seulement ouvrir la porte du coeur, mais en outre faire un peu de place derrière, beaucoup même si possible. Et ne pas vouloir gérer soi-même cette place, la laisser libre. L’esprit de foi est l’antithèse de l’esprit de suffisance et de possession du monde.

Certains pourtant, nous en connaissons et nous avons peut-être même été de ceux-là, l’ont faite cette place, une fois dans leur vie. Mais ils ont considéré que ce qui avait été fait une fois, était fait une fois pour toutes. Alors, ils ont, comme on dit, " perdu la foi ". La réalité, c’est qu’ils ont oublié une dimension essentielle de cette foi, la fidélité. Les deux mots de foi et de fidélité sont très proches, si proches que l’on traduit un verset du livre d’Habacuc aussi bien par " le juste vivra par la foi ", que " le juste vivra par la fidélité ". Si la foi est un don de Dieu, il faut l’accueillir comme tel, non pas comme un bien que j’ai reçu et que je possède, que je vais entasser dans un grenier, mais comme un don que je reçois sans cesse. Ce qui présuppose la fidélité à celui qui me la donne sans cesse. L’esprit de foi est l’antithèse de l’esprit volage du monde.

Gratuité enfin. La foi, comme l’amour d’ailleurs, est un don qui nous crée des devoirs, mais, au grand dam de certains et parfois de nous-mêmes, aucun droit. Jésus l’a expérimenté à ses dépens à un degré unique, sur la croix. Avoir des droits sur quelque chose ou quelqu’un suppose l’existence d’un dû. Mais le Seigneur ne nous doit rien, il n’agit envers nous que par pure gratuité, par amour. En revanche, nous lui devons la vie, la croissance et l’être, pour reprendre une expression des Actes des Apôtres. Il nous faut donc entrer dans cet espace de gratuité pour bien comprendre ce qu’est la foi, pour connaître la présence et la joie de Dieu, parfois aussi la peine et l’absence. Notre monde ne nous prépare guère à une telle entrée, ni a fortiori ne la favorise : il nous fait au contraire comptable de tout, y compris de Dieu et de ses dons. L’esprit de foi est l’antithèse de l’esprit comptable du monde.

Frères et soeurs, la foi est un don, l’amour est un don, Dieu n’est que don. La question que je posais au début " avoir ou ne pas avoir la foi " est presque en soi contradictoire : " avoir " et " foi " sont deux mots qui ne font pas bon ménage. Il n’y a de chemin vers Dieu que dans l’accueil gratuit du don qu’il nous fait, du don qu’il est. La clef qui donne l’entrée dans le chemin de foi nous a été donnée tout à l’heure dans l’évangile : il nous faut accepter d’être des serviteurs inutiles.




3183 affichages
 

 La foi est un don de Dieu qui se reçoit



Untitled Document